Sports

Alvaro-Neymar, l’accord qui ferait scandale

Tous deux accusés de propos racistes lors du dernier PSG-OM, Alvaro Gonzalez et Neymar n’ont pas été sanctionnés par la commission de discipline. Et cela arrange visiblement tout le monde.

Ne disposant pas «d’éléments suffisamment probants», la commission de discipline de la LFP a décidé, mercredi soir, de n’infliger aucune sanction à Alvaro Gonzalez ni à Neymar, deux semaines et demie après le Classique sulfureux remporté par l’OM dans l’antre du PSG (0-1). Un verdict qui contente étrangement les deux parties, alors que le Brésilien avait créé un scandale mondial, dans la foulée de la rencontre, en accusant le défenseur espagnol d’insultes racistes.

Puma serait intervenu dans l’affaire

Satisfaits, les deux clubs le sont également, alors qu’ils avaient pourtant monté des dossiers plus ou moins solides, les dirigeants marseillais ayant même repéré des propos racistes du «Ney» à l’encontre d’Hiroki Sakai. «On est content évidemment pour nous, Paris est content et on continue», a ainsi lancé André-Villas Boas, vendredi, son défenseur évitant une potentielle suspension de 10 matches. Le coach portugais a ainsi relayé les justifications de la commission de discipline, assurant que «les expertises labiales ne sont fiables qu’à 30%».

Alors, y a-t-il eu un accord entre les dirigeants du PSG et de l’OM – et des Nasser al-Khelaïfi et Jacques-Henri Eyraud assez proches – pour étouffer l’affaire ? Impossible à savoir aujourd’hui. Mais le média madrilène As avait prédit cette issue heureuse il y a quelques jours, affirmant que Puma avait demandé aux clubs de trouver un terrain d’entente avant le passage devant la commission de la LFP, la marque allemande étant le nouveau sponsor de Neymar et l’équipementier des Phocéens.

Sakai ? «Il a voulu quitter ça de sa tête»

Face à des journalistes marseillais insistants, «AVB» a ainsi conclu: «Je ferai toujours la défense contre le racisme et l’homophobie dans le monde du foot, je suis sûr qu’Alvaro n’est pas raciste, je suis sûr que Neymar n’est pas raciste. Il n’y a pas eu de confirmation dans l’investigation qui a été ouverte par la ligue». Et de rappeler que John Terry, son joueur à Chelsea, avait été suspendu 4 matches pour propos racistes, avant d’être blanchi devant un tribunal à l’issue de la saison.

Enfin, André Villas-Boas a évoqué le cas d’Hiroki Sakai, qui a expliqué, sur Instagram, n’avoir reçu aucun «propos discriminatoires» de la part de Neymar lors l’altercation en question. «Il a voulu quitter ça de sa tête», imagine l’entraîneur olympien. Pour la Cadena Ser, un autre média basé dans la capitale espagnole, le «Ney» a bien lancé «chinois de merde» à deux reprises au défenseur japonais, mais la commission de discipline n’a pas étudié les images captées par les caméras de l’OM.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page