Femme

5 grandes tendances à retenir du défilé Isabel Marant à Paris

À Paris, dans la pénombre la plus totale, le Palais Royal s’éclairait soudainement pour mettre en lumière les silhouettes de la nouvelle collection Isabel Marant. La créatrice, qui conservait sa traditionnelle place du jeudi soir, n’a pas manqué d’éblouir les invités triés sur le volet, mais aussi les aficionados de mode des quatre coins du globe, qui prenaient place derrière leurs écrans.

Défilé Isabel Marant : une collection scintillante

Les premiers échos ? Une collection prétexte à la fête, à la joie de vivre et à la liberté qui s’offre telle une ode à l’amour et à la diversité. Sur le remix techno de « I Feel Love » de Donna Summer, les danseurs du collectif (LA)HORDE se déchaînaient autour des mannequins habillés façon grand soir, dans des tenues éclatantes, nuancées, comme dans des vêtements et des accessoires lamés, empreints du look casual des années 80, à laquelle la créatrice avait injecté une dose de brillance supplémentaire. Un style suspendu entre l’ère de la disco fever et de l’époque moderne, reliant Saint-Germain et Manhattan.

Un show, jamais ennuyeux et rythmé en quatre tempos colorés :  dans la première phase écloraient des silhouettes ponctuées de fuchsia, suivie d’une transition au rouge intense, au bleu pop, pour terminer en beauté sur des looks tantôt noirs, tantôt argentés. À chaque segmentation, les danseurs se changeaient pour adopter le même jeu de couleurs que les models. Un twist amusant, qui laissait place à une ambiance à la fois électrique, et chaleureuse.

Quelles sont les tendances à retenir du défilé Isabel Marant printemps-été 2021 ?

En marge des bottes à talon pointu, devenues l’essence même de la marque, 5 statements mode ont tiré leur épingle du jeu. Qu’elle soit micro ou maxi esprit bleu de travail, la salopette était de sortie sur le catwalk Isabel Marant. Dans la même lignée, le lamé se déclinait sans compter, allant jusqu’à pigmenter les pantalons mais aussi les vestes de la collection.

Au cours de la soirée, les manches ballon faisaient la part belle aux épaulettes structurées des dernières saisons, tout comme l’imprimé arty, qui tatouait ses graffitis multicolores aussi bien sur une combinaison que sur un short et un pantalon. Une collection conciliant avec brio les codes stylistiques de l’époque moderne avec ceux, d’une époque passée, mais au combien, jamais révolue.

À lire également :




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page