Politiques

Pourquoi Emmanuel Macron utilise-t-il le terme de “séparatiste” ?


Pendant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron a exprimé sa vision de la laïcité. Une conception libérale, dans l’esprit de la loi de 1905. Le premier objectif de son programme était “d’assurer la neutralité de l’Etat pour garantir à tous la liberté religieuse“. Raphaël Liogier, sociologue et philosophe, analyse ce changement : Pour lui, le rapport entre Islam et laïcité n’était pas un problème. Comme ce n’était pas un problème, il n’y avait pas de politique publique spécifique dont il fallait s’occuper sur ce sujet“. Une fois élu, Emmanuel Macron durcit le ton et aborde plus régulièrement le sujet de la laïcité. Il a progressivement pris position, au-delà de ce qui était sa position initiale qui est une position libérale, celle de la laïcité tout court. Il a commencé à parlé de communautarisme. Avec mes collègues sociologues ont a observé l’évolution de son discours dans ce sens“, explique Raphaël Liogier.

On peut précisément dater le changement du 25 octobre 2019. C’est la première fois que le président emploi le terme de “séparatisme” : Il y a aujourd’hui des femmes et des hommes, citoyens français, qui disent : ‘de part ma religion je n’adhère plus aux valeurs de la République’. Ca c’est un communautarisme et dans ce cas-là, j’ai un problème avec la revendication qui devient politique de ce séparatisme“. L’élément déclencheur est une affiche de syndicat de parents d’élèves. On y voit une maman voilée lors d’une sortie scolaire. Il s’est rendu compte que s’il ne s’en occupait pas ou s’il ne se montrait pas préoccupé, ça le coupait d’une partie de son électorat“. Emmanuel Macron continue d’employer le terme séparatisme en février 2020 lors d’une visite à Mulhouse (Haut-Rhin), puis en septembre lors d’un discours au Panthéon (Paris). Pourquoi employer ce terme ? “L’avantage d’utiliser le terme de séparatiste, c’est que le terme de communautarisme est très difficile à judiciariser. Dans une démocratie, avec une liberté d’expression […] vous avez le droit d’être communautariste en France”, explique Nicolas Lebourg, historien, Chercheur au CEPEL. Avec l’utilisation de ce terme, Emmanuel Macron veut montrer qu’il passe à l’offensive sur le sujet de la laïcité.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page