Economie

Le boys band sud-coréen BTS s’apprête à rentrer en Bourse

Les membres du groupe de K-pop BTS, à New York, le 21 février.

La confiance règne chez Big Hit Entertainment. L’agence sud-coréenne de stars surfe sur le succès de son groupe-phare, le boys band BTS, pour tirer un maximum de capitaux lors de son introduction en Bourse. Prévue courant octobre sur le marché Kospi – le principal indice boursier du pays –, l’opération doit rapporter 962,6 milliards de wons (705 millions d’euros) à la société et valorise le label à 3,4 milliards d’euros. Il s’agirait alors de la plus importante introduction en Bourse depuis trois ans en Corée du Sud.

Créé en 2013 par Bang Si-hyuk, ancien auteur-compositeur, sur l’idée de faire un groupe « pouvant devenir un ami proche » des fans, BTS s’est rapidement imposé comme la locomotive internationale de la K-pop – occultant au passage d’autres phénomènes, comme Psy et son fameux Gangnam Style.

BTS signifie bangtan Sonyeondan, littéralement, « boy scouts à l’épreuve des balles ». Depuis 2017, les trois lettres peuvent aussi être interprétées comme « Beyond The Scenes ». Le groupe a déjà sorti cinq albums en coréen et quatre en japonais. Il compte près de 31 millions d’abonnés sur Instagram.

De nombreuses marques

Appuyée par des fans extrêmement actifs sur les réseaux sociaux, la formation a toujours été très engagée sur les questions sociales. En 2018, ses sept membres sont intervenus à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU et ont participé au lancement d’un partenariat de l’Unicef pour la lutte contre les violences faites aux enfants et pour la promotion de l’éducation et la formation des jeunes. Par ailleurs, ils ont toujours souligné leur engagement en faveur de la communauté LGBT. Populaire auprès des minorités aux Etats-Unis, BTS a débloqué, en juin, 1 million de dollars pour le mouvement Black Lives Matter.

Lire aussi Les fans de K-pop, soutiens inattendus du mouvement Black Lives Matter

En 2020, le titre Dynamite a atteint, dès sa sortie en août, les sommets du Hot 100, le classement de la scène musicale américaine établi par Billboard. C’est la première fois depuis Sukiyaki, du Japonais Kyu Sakamoto, en 1963, qu’une chanson asiatique atteint ce niveau aux Etats-Unis.

D’après une étude dévoilée le 7 septembre par le ministère sud-coréen de la culture et du tourisme, Dynamite devrait générer 1 700 milliards de wons (1,2 milliard d’euros) de retombées économiques en Corée du Sud, et créer près de 8 000 nouveaux emplois notamment dans les cosmétiques et l’agroalimentaire, le nom du groupe étant associés à de nombreuses marques que s’arrachent les fans.

Il vous reste 13.52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page