Economie

Un déficit de la Sécu « sans précédent » en 2020, encore « très élevé » en 2021

Plombé par l’épidémie de Covid-19, le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre 44,7 milliards d’euros cette année − un niveau record −, d’après une synthèse de la Commission des comptes, consultée lundi 28 septembre par l’Agence France-Presse. Le déficit devrait cependant refluer à 25,5 milliards d’euros l’an prochain.

Le coût de la crise sanitaire sera toutefois un peu moins lourd qu’attendu : il avait été évalué à 52 milliards au mois de juin, notamment grâce à une récession « légèrement moins forte » que redouté au début de l’été, entraînant davantage de rentrées d’impôts et de cotisations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La « dette sociale » du coronavirus doit-elle être financée par la Sécurité sociale ?

Ce renflouement est également dû à un versement « exceptionnel » du fonds de réserve des retraites (FRR), qui rembourse opportunément une vieille « soulte » appartenant au régime des électriciens et gaziers.

La branche maladie ploie

Les dépenses de santé continuent néanmoins de se creuser à cause du Covid-19 : malgré une baisse des remboursements chez les soignants libéraux, les mesures liées à l’épidémie (tests, masques, arrêts de travail, prime dans les hôpitaux…) font ployer la branche maladie. Celle-ci devrait afficher un déficit de 30 milliards en 2020.

Lire aussi : Le déficit de l’Assurance-maladie pourrait atteindre 31 milliards d’euros en 2020

Une perte de 16,4 milliards est encore attendue en 2021, sans compter les hausses de salaires négociées dans le cadre du Ségur de la santé, qui devraient donc alourdir la note.

Du côté de la branche retraite, le déficit devrait être de 7,9 milliards cette année grâce au versement du FRR, mais il « se maintiendrait » à 8 milliards en 2021.

La branche famille, qui plongerait dans le rouge en 2020 (− 3,3 milliards), elle, « redeviendrait excédentaire » l’an prochain (+ 0,9 milliard), en raison notamment d’une faible revalorisation des prestations liées à l’inflation, « la crise freinant les prix ».

La branche accidents du travail suivrait la même trajectoire, avec un léger déficit cette année (− 0,3 milliard) suivi d’un retour dans le vert dès 2021 (+ 0,5 milliard).

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page