Femme

Zalando concurrence à présent Vinted

Lancé en premiers lieux en Allemagne et en Espagne, avant de faire ses débuts en France, Belgique, Pologne, ainsi qu’aux Pays-Bas le mois prochain, ce service devrait ravir les adeptes de la slow fashion.

Zalando se lance dans la mode de seconde main

Pionnière du prêt-à-porter en ligne, l’entreprise allemande annonçait ce lundi dans un communiqué, que le niveau de service sera « équivalent » à celui qui est habituellement proposé. Zalando affirme notamment que les clients seront libres d’échanger « leurs articles directement sur le site, en bénéficiant de la livraison gratuite ».

« L’intérêt pour les articles de seconde main est considérable et ne cesse de croître, particulièrement auprès des jeunes générations », exprime Riccardo Vola, directeur de Zalando pour l’Europe du Sud. « Or, pour le moment, la clientèle ne bénéficie pas d’un service simple et fiable permettant de concilier facilement la vente d’articles qu’on ne souhaite plus porter, à une expérience agréable de shopping en ligne d’articles de seconde main ».

Mais ce n’est pas tout. L’entreprise s’engage à procéder à un contrôle de qualité de tous les articles de seconde main qui seront proposés sur la plateforme, et affirme qu’après « avoir échangé leurs articles, les clients peuvent choisir de recevoir un avoir Zalando de la valeur de la vente, ou de soutenir un de nos deux partenaires, la Croix-Rouge ou WeForest ».

Un nouveau marché pour une entreprise en constante évolution

Lancée en 2008 et présente dans 17 pays, l’entreprise aux quelques 34 millions de consommateurs actifs (dont le nombre n’a fait que s’accroître pendant le confinement), s’inscrit à présent dans une démarche écologique. Des chiffres conséquents quand on sait que l’ensemble du secteur de la mode a perdu 15 % de sa valeur depuis 2008, comme le révèle l’Institut français de la Mode (IFM).

Un nouveau service qui tombe à l’heure où le marché de la seconde main est en perpétuelle expansion. Et pour cause, d’après le rapport de l’IFM, ce secteur qui représente un milliard d’euros en France, et pas moins de 21 milliards d’euros en 2018 aux États-Unis, serait amené à doubler d’ici trois ans, surpassant même le marché de la fast fashion d’ici 2028.

A1 lire également :




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page