Auto-Moto

24h du Mans 1970 : la fin de l’attente – HISTOIRE

Cette fois, ce doit être la bonne. Présent aux 24h du Mans depuis 1951 (victoire d’une 356/4 profilée en catégorie 1.1 litre), Porsche a patiemment tissé sa toile. 550 Coupé ou RS Spyder, 718 RSK, 904, 906, 907, 910… Si Gérard Larousse et sa 908 ont été battus dans le dernier tour, en 1969, par Jacky Ickx et sa Ford GT40, cette édition porte une promesse pour la marque allemande. La monstrueuse 917 a été dessinée par Hans Mezger, sur les instructions de Ferdinand Pïech, petit-fils de Ferdinand Porsche et futur patron de Volkswagen. L’engin a impressionné les spectateurs par son potentiel et sa dangerosité. Si Rolf Stommelen a signé une pole position éblouissante à 239 km/h de moyenne, le gentleman-driver John Woolfe a trouvé la mort à son volant dans le premier tour de course.

Un an plus tard, les trois écuries soutenues par l’usine se présentent au pesage avec deux configurations aérodynamiques, supposées assagir le fauve. La K (kurzheck) coupe la carrosserie arrière pour gagner en maniabilité. La LH (langheck) compte sur sa longue queue pour dépasser les 350 km/h dans la ligne droite des Hunaudières, sans décoller. Les deux options doivent contrer la nouvelle Ferrari 512 S, financée par la prise de contrôle de la Scuderia par Fiat. Le duel entre les deux marques est fixé sur pellicule par les caméras de Lee H. Katzin, pour le compte de Steve McQueen. Un an plus tard, le film Le Mans sortira en salles.

Le samedi 13 juin 1970, le ciel est menaçant lorsque le Dr. Ferry Porsche donne le départ du double tour d’horloge. La pluie ne tarde pas à inonder la piste : quatre Ferrari sont éliminées au cours du même incident dans le “S” de Maison Blanche. Jacky Ickx, pilote du Cheval cabré, sort de la route dans la nuit, causant la mort d’un commissaire de piste. Favorites, les Porsche dirigées par John Wyer – vainqueur en 1968 et 1969 avec Ford – connaissent des avaries. Dans le matin blafard, c’est une Porsche 917 “Salzbourg”, de Richard Attwood et Hans Herrmann, qui pointe en tête, après avoir suivi un tableau de marche très prudent. Elle ne sera pas rattrapée. Sept voitures sont classées à l’arrivée. Porsche gagne la classique, et Hans Herrmann honore la promesse faite à sa femme d’arrêter la compétition à l’issue de ces 24 heures.

Classement final :

  1. Attwood/Herrmann – Porsche 917K – 343 tours
  2. Kauhsen/Larrousse – Porsche 917LH – à 5 tours
  3. Lins/Marko – Porsche 908/2L – à 8 tours

Porsche 917 K – châssis 023 : fiche technique

Châssis : tubulaire en aluminium, carrosserie en fibre de verre
Moteur : central arrière, 12 cylindres à plat, 24 soupapes, atmosphérique, 4494 cm3
Puissance : 580 ch
Transmission : propulsion, manuelle, 5 rapports
Poids : 800 kg
Dimensions (en m, long. x larg. x haut.) : 4,12 x 1,98 x 0,94

A lire sur auto-moto.com : 

Le guide des 24h du Mans 2020

Les engagés aux 24h du Mans 2020

Les 24 voitures légendaires des 24h du Mans

11 choses que vous ne saviez pas sur les 24h du Mans


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page