Femme

peut-on se séparer amicalement ?

La plupart du temps, les ruptures amoureuses sont éprouvantes et détruisent l’estime de soi. L’incompréhension, le déni, la haine ou encore la jalousie peuvent nous habiter et la communication peut même se rompre définitivement. Par ailleurs, ce n’est pas seulement la tourmente émotionnelle qui rend une rupture tortueuse, mais aussi les aspects pratiques : le partage des biens, des amis et l’apprentissage de la coparentalité des enfants.

Pourtant, depuis quelques temps, une vague d’annonces de « séparations à l’amiable » sur les réseaux sociaux veut nous faire croire que les ruptures peuvent être amicales et joyeuses, que les deux exs sortent la tête haute et deviennent les meilleurs amis du monde.

La genèse de « rupture amicale » remonte à 2014 avec le tristement célèbre « découplage conscient » de Gwyneth Paltrow et de son ex-mari Chris Martin, qui consiste à se séparer d’un commun accord tout en gardant de bons rapports. Le mois dernier, l’actrice a admis que l’expression sonnait « imbue d’elle-même », mais qu’elle était fière de la façon dont celle-ci « imprègne la culture de la rupture » : « Avant, les gens me demandaient : ‘Pourquoi avez-vous fait cela?’, maintenant, ils me demandent ‘Comment avez-vous fait cela ? » assure la principale intéressée dans une interview pour son site Goop.

De leur côté, Jennifer Aniston et Justin Theroux n’ont pas hésité à s’afficher sur les réseaux sociaux traînant ensemble pour Thanksgiving, tandis que Demi Moore et Bruce Willis ont passé le confinement ensemble avec leurs enfants, tous vêtus de pyjamas assortis.

Une culture de la rupture venue des réseaux sociaux

La « rupture à l’amiable » est devenue le nouveau graal de notre quête de la perfection. En plus de devoir afficher une plastique bombesque sur les réseaux sociaux et de photographier des plats « Instagrammables », notre existence parfaite doit maintenant inclure une rupture relationnelle toute belle, toute rose, surmontée d’un filtre à paillettes.

« Nous continuons à nous aimer et à nous respecter en tant qu’amis » ou bien « nous nous respectons et voulons le meilleur l’un pour l’autre » peut-on lire dans les publications de certains influenceurs récemment séparés. Ces « ruptures organisées » sur les réseaux sociaux établissent des normes irréalistes qui nous font nous sentir encore plus mal que nous le sommes déjà.

Il n’est pas commun de voir un couple de célébrités se livrer sur leurs déboires amoureux sur les réseaux sociaux ou d’afficher leur dépression post-rupture à la « Bridget Jones » en public… et c’est bien là que réside le problème. Lorsque nous observons la vie des stars apparemment dénuée de stress et d’ennuis, on se demande souvent : « Comment font-ils ? Quel est leur secret ? ». Et c’est cette même culture de comparaison qui nous donne l’impression que nous échouons si nous ne nous séparons pas en bons termes comme eux.

Comme pour presque tout ce que nous voyons sur les médias sociaux, nous oublions trop facilement que nous sommes exposés uniquement à ce que l’utilisateur veut que nous voyions de sa vie. Personne ne veut voir des larmes, des cris et des portes claquées sur Instagram.

Rupture amoureuse : une séparation non douloureuse, c’est possible ?

Bien sûr, certains couples peuvent se séparer à l’amiable et rester dans la vie de l’autre. Il est encourageant de voir que, parfois, lorsqu’une relation amoureuse prend fin, une amitié peut prospérer. Un front uni est possible et nettement conseillé, surtout lorsque des enfants sont impliqués. Mais pour la majorité d’entre nous, la fin d’une relation implique un processus de deuil qui est déjà assez douloureux pour se sentir coupable en plus de ne pas rendre nos ruptures « jolies ».

Gwyneth Paltrow et Chris Martin ont expliqué qu’ils ont passé une année à essayer de réparer leur relation (en passant notamment par la thérapie de couple), mais ont finalement décidé qu’il était préférable de se séparer. Cela n’est pas forcément synonyme d’ »absence de douleur » et de « facilité ». L’objectif étaient que les deux parties sortent de la relation en comprenant ce qui a mal tourné, sans blâmer l’autre, et en trouvant une façon d’améliorer leur vie à l’avenir. Et si on commençait par ça ?

A LIRE EGALEMENT




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page