Auto-Moto

ESSAI PEUGEOT METROPOLIS 400i Allure 2020


PEUGEOT METROPOLIS 400i Allure 2020 – La troisième génération de Peugeot Metropolis change de regard en adoptant des optiques à Led en forme de griffes à l’instar des automobiles de la marque au Lion. La cure de rajeunissement du tricycle français s’accompagne d’un nouveau carénage et d’une instrumentation modernisée. Cette dernière conserve des aiguilles mais intègre un nouvel écran numérique en couleur et une connexion Bluetooth pour communiquer avec son téléphone via une application spécifique. Il est alors possible de lire une partie des SMS au tableau de bord et d’afficher des flèches pour la navigation par GPS. Ce système reste cependant moins efficace qu’une application comme Waze. Un bon support pour smartphone avec une recharge par induction, ou un système AppleCar Play auraient sans doute été plus utiles. Côté mécanique, ce Metropolis de 2020 ne fait pas d’étincelles. Pour répondre aux normes antipollution Euro 5, la puissance a été légèrement réduite (de 37 à 36 ch) et la valeur de couple maxi s’obtient un peu plus tard (38 Nm 5750 tr/mn au lieu de 5500 tr/mn). A cela s’ajoute une prise de poids de 3 kg.

Au guidon du Peugeot Metropolis 2020

Malgré cette mise aux normes castratrice, les performances demeurent convaincantes avec des accélérations franches, des reprises rassurantes et une vitesse de pointe suffisante de 140 km/h (au compteur). La partie cycle identique repose sur des suspensions aussi fermes qui nécessitent de bien ralentir à l’approche des ralentisseurs d’autant que la selle n’est pas plus moelleuse. Faute d’être confortable, le nouveau Peugeot Metropolis se montre toujours aussi astucieux grâce à ses nombreux rangements, sa prise de branchement près du guidon, sa clef main libre et son plancher plat autorisant le transport d’un sac entre les jambes. Peu profond, le coffre profite en revanche d’une double ouverture électrique et permet de loger un casque intégral avec un ordinateur portable. Comme tous les tricycles de type L5E (accessible avec un permis auto et une formation de 7 h), le Peugeot Metropolis procure davantage de stabilité qu’un deux roues mais s’avère nettement plus lourd. Une masse qui se fait ressentir lors des manœuvres d’autant que le rayon de braquage est assez ample. Les petits disques peuvent aussi souffrir lors d’une descente de col ou sur des freinages à haute vitesse. Aux allures urbaines, les ralentissements se font néanmoins très efficaces d’autant que l’ABS évite le blocage des roues. A cela s’ajoute un antipatinage bienvenu  garantissant une bonne motricité du pneu arrière même sur le mouillé. Suffisamment étroit pour remonter les files d’attentes, le Metropolis peut compter sur son éclairage puissant pour se faire repérer. Sur voie rapide, le conducteur est bien protégé grâce au large tablier et au grand pare-brise réglable. Dommage que ce dernier ne puisse toujours pas s’ajuster depuis le guidon en roulant ! Durant notre essai en région parisienne, l’ordinateur de bord indiquait une moyenne de 5,4 l/100 km. En faisant le plein, nous avons enregistré 6,0 l/100 km de moyenne ce qui reste élevé pour un engin de 400 cm3. Bref, le léger gain de consommation annoncé par le constructeur n’est pas flagrant. Côté prix, le Peugeot Metropolis 2020 est accessible à partir de 9000 € en finition Active et réclame 700 € de plus en version Allure. Celle-ci ajoute la connexion Bluetooth, une prise USB (au lieu de 12V), un tapis de coffre, des embouts de guidon chromés, des rétroviseurs spécifiques ou encore des jantes noires et brillantes.

Verdict : Le Peugeot Metropolis demeure une bonne alternative au populaire Piaggio MP3 500. Le tricycle français se distingue par sa clef main libre et sa position de conduite plus agréable. Mais les évolutions de cette version 2020 restent maigres pour justifier un tarif toujours aussi élevé.

Les plus :
Finition soignée et clef main libre
Comportement et freinage rassurants
Position de conduite et protection agréables

Les moins :
Suspensions trop fermes
Coffre peu profond
Coût d’achat et d’usage

Fiche technique

  • Moteur : Monocylindre 4V à refroidissement liquide
  • Cylindrée : 399 cm3
  • Puissance : 36 ch à 7 250 tr/mn
  • Couple : 38,1 Nm à 5 750 tr/mn
  • Poids tous pleins faits : 271 kg
  • Hauteur de selle : 780 mm
  • Capacité du réservoir : 13,5 litres
  • Consommation moyenne annoncée : 3,9 l/100 km
  • Consommation moyenne de l’essai : 6,0 l/100 km
  • Prix : 8999 € en Active et 9699 € en Allure

A lire sur auto-moto.com :

Essai du Yamaha Tricity 300 cm3 2020

Essai du Piaggio MP3 350 2018 

Essai du Piaggio MP3 500 Sport 2017


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page