Auto-Moto

Nouvelle Mercedes Classe S (2020) : infos et photos officielles

(Mise à jour le 02/09/20 à 14h31) Nouvelle Mercedes Classe S (2020) – La révélation d’une nouvelle génération de Classe S constitue toujours un événement, notamment au chapitre des technologies embarquées. Cette cuvée 2020 de la limousine étoilée ne déroge pas à la règle. Elle entend demeurer une référence face aux Audi A8 et BMW série 7.

De prime abord, il convient de juger la plastique de cette nouvelle Mercedes Classe S. Loin de faire preuve d’extravagance, elle s’approprie les récents thèmes stylistiques abordés par la firme, mais joue plutôt sur un registre discret. Elle n’étire pas son regard à outrance, contrairement au CLS, et tourne le dos à la calandre Panamericana. Curieusement, son faciès donne presque l’impression d’avoir été dessiné bien avant les récentes productions maison. A bord, la multiplication des écrans est également source de regrets. Un environnement très « techno » qui semble prendre le pas sur l’élégance qui primait dans l’ancien modèle. On est loin du caractère presque « british » qui émanait notamment de la multitude des aérateurs ronds chromés. Sur ce point, on peut dire que le mieux est l’ennemi du bien.

L’habitacle de la précédente Classe S faisait davantage preuve d’élégance.

Pas de révolution sous le capot… pour le moment

Passées ces considérations esthétiques, qui de toute évidence n’ont pas pesé lourd dans le cahier des charges, on est bien obligé de reconnaître que la nouvelle Classe S met le paquet sur le plan des innovations. Une armada qu’elle prend soin d’envelopper d’une carrosserie allongée de quelques centimètres, par rapport à l’ancien modèle. La variante courte s’entend désormais sur 5,18 m (+6 cm) quand son homologue à empattement long affiche 5,29 m (+4 cm). Pour le moment, ce n’est pas au chapitre des motorisations qu’elle souhaite faire la différence. Il faudra se contenter, à son lancement, de blocs 6-cylindres essence et diesel. Le 3.0l abreuvé de Sans-plomb promet une électrification légère EQ Boost, en variantes 367 et 435 ch, quand le 2,9 l goûtant au gazole prône un fonctionnement 100% thermique, en 286 et 330 ch. L’automatisme est bien évidemment de rigueur, via une boîte 9G-Tronic, quand la transmission intégrale l’est presque autant. Seul le diesel 286 ch s’avère disponible en propulsion. Quelques mois plus tard, un V8 avec réseau intégré 48V fera son apparition, quand il faudra patienter jusqu’en 2021 pour profiter d’une véritable hybridation rechargeable. Cette dernière assurera 100 km d’autonomie 100% électrique. Un record.

Maniable comme une Twingo ?

Autre prouesse, pour un tel mastodonte : sa capacité à manoeuvrer dans un mouchoir de poche. Grâce à l’implantation de roues arrières directrices, jusqu’à 10° d’inclinaison, la nouvelle Classe S réduit son diamètre de braquage de 2 mètres, pour se rapprocher de celui d’une Classe A. A rythme plus élevé, la suspension pneumatique E-Active Body Control, alimenté par le réseau 48 V, optimise le confort et la tenue de route. Mais elle a surtout la particularité de jouer un rôle primordial en cas de choc latéral.Sa fonction Pre-Safe Impulse latéral soulève le véhicule en quelques dixièmes de seconde, sur 8 cm maximum, pour délester les structures des portes. Une fois rehaussé, charge alors au bas de caisse d’absorber une plus grande partie du choc. La déformation de la cellule et les contraintes sur les passagers s’en trouvent diminuées. Des capteurs radar sont utilisés pour détecter une collision latérale potentielle. La sécurité est également renforcée par l’arrivée d’airbags frontaux aux places arrière, en option pour la Classe S Limousine.

MBUX, saison 2

La nouvelle Classe S inaugure la deuxième génération du système d’infodivertissement MBUX, inauguré en 2018 par la Classe A. L’habitacle accueille jusqu’à 5 grands écrans (avec technologie OLED pour certains), et notamment à l’arrière. Le conducteur bénéficie d’un nouvel affichage 3D. L’effet de profondeur est obtenu sans qu’il soit nécessaire de porter des lunettes spécifiques. Deux affichages tête haute (HUD) sont proposés en option. Le plus grand permet d’afficher des contenus de réalité augmentée. Dans le système de navigation, des flèches de bifurcation animées sont notamment positionnées virtuellement, avec une grande précision sur la chaussée. Avec les fonctions d’aide à la conduite, des informations concernant, par exemple, l’assistant de régulation de distance actif s’affichent. L’image est aussi positionnée virtuellement à une distance d’environ 10 mètres. La surface d’affichage impressionne, correspondant à un écran de 77 pouces.

Un dialogue plus fluide

Pour sa part, l’assistant vocal « Hey Mercedes » est encore plus apte au dialogue et évolutif, grâce à l’activation des services en ligne dans l’appli Mercedes me. Il n’est d’ailleurs plus nécessaire de dire « Hey Mercedes » pour déclencher certaines fonctions, comme répondre au téléphone. « Hey Mercedes » explique désormais aussi les fonctions du véhicule et répond à des questions d’ordre général. Enfin, cet assistant vocal peut également être utilisé depuis les places arrière.

Souriez, vous êtes filmé

Grâce à des caméras situées dans l’unité de commande située au niveau du toit, et à des algorithmes perfectionnés, l’assistant MBUX reconnaît désormais de multiples souhaits de commande. Il interprète l’orientation de la tête du conducteur, les mouvements des mains et le langage corporel et y réagit avec les fonctions du véhicule correspondantes. Si une caméra a détecté un siège enfant sur le siège passager avant, mais que la ceinture de sécurité n’est pas bouclée, il l’indiquera ainsi au conducteur avant même de démarrer.

Avec la fonction Smart Home MBUX, la Classe S peut aussi communiquer avec le logement de son propriétaire, grâce au Wi-Fi et à des capteurs : température, éclairage, volets roulants et appareils électriques peuvent être surveillés et déclenchés à distance. Des détecteurs de mouvements et contacts de fenêtres alertent aussi en cas de tentative d’intrusion.

Palace roulant

Le confort n’est pas oublié, bien évidemment. Les sièges peuvent embarquer jusqu’à 19 moteurs aidant à trouver la position d’assise idéale, à l’avant. Ils sont labellisés AGR, l’organisme allemand indépendant agissant contre le mal de dos, comme en bénéficient déjà certains modèles Opel. La nouvelle Classe S propose aussi dix programmes de massage différents. Ceux-ci utilisent les moteurs à vibrations et se montrent bien sûr chauffants. Les alvéoles gonflables sont désormais disposées plus près de la surface du siège et donc plus faciles à piloter et à percevoir, selon le discours officiel. Cinq variantes de sièges arrière permettent de personnaliser la configuration de la zone au niveau des sièges arrière, en espace de travail et de relaxation. Un coussin supplémentaire chauffant pour l’appuie-tête est disponible pour les deux sièges arrière à réglages électriques. 

Sans les mains !

La conduite automatisée et les systèmes d’assistance à la conduite s’améliorent eux aussi. Au deuxième semestre 2021, la Classe S devrait pouvoir rouler de manière encore plus autonome, de niveau 3, avec le nouveau système Drive Pilot. Il entre en jeu en cas de trafic dense ou d’embouteillages, sur certains tronçons d’autoroutes allemandes, pour le moment. Le conducteur aura alors la possibilité de vaquer à des occupations secondaires comme surfer dans internet ou gérer des e-mails… si la loi l’y autorise, d’ici là. Le caractère juridique pose encore de nombreux problème en Europe, s’agissant de roulage autonome.

Prix Mercedes Classe S

Si l’on peut être déçu par la plastique de la nouvelle Mercedes Classe S, ainsi que par la froideur de son nouvel environnement intérieur, on ne peut qu’applaudir les progrès techniques réalisés. L’arrivée de la limousine du Stuttgart est prévue dans les prochains moi, en concession. Sur le plan tarifaire, la barre des 110 000 € devrait être franchie, en entrée de gamme. Pour la compléter, la clientèle pourra compter, à l’avenir, sur l’introduction de variantes AMG, qui devraient finalement reconduire l’iconique moteur V12. A contrario, il est fort probable que les silhouettes coupé et cabriolet disparaissent définitivement du catalogue. Pour couronner ce segment, Mercedes préfèrera badger son nouveau porte-étendard du label Maybach.

L’actualité de Mercedes :

Mercedes-AMG Project One : l’hypercar se peaufine en piste

Comparatif Audi Q3 vs Mercedes GLA : petits et grands

Mercedes-AMG GT Black Series : toujours plus radicale


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page