Economie

La vodka Absolut pèse sur le résultat de Pernod Ricard

Avec la pandémie de Covid-19, les groupes de spiritueux traversent une forte zone de turbulences. Et le numéro deux mondial, le français Pernod Ricard, n’échappe pas aux vents contraires. Signe de cette « période atypique », comme la qualifie son PDG, Alexandre Ricard, le groupe se refuse à toutes prévisions sur son exercice fiscal débuté début juillet. « Nous nous attendons à ce que la période d’instabilité se poursuive », explique M. Ricard, donnant en exemple la chute du trafic aérien mondial estimée à 82 % en juillet et à 79 % en août. Une absence de voyageurs qui fait plonger d’autant les ventes d’alcool dans les boutiques d’aéroport et donc l’activité dite de travel retail (vente dans des lieux de transport) de Pernod Ricard.

Alors que tous les signaux étaient au vert jusqu’à fin 2019, l’apparition du Covid-19 en Chine a bousculé le jeu à partir de janvier. La diffusion du virus aux autres parties du globe, les mesures de confinement qui en ont découlé avec la fermeture des bars, restaurants, discothèques et la mise en veilleuse du transport aérien ont provoqué une crise inédite.

« Quand la crise a éclaté, nous nous sommes fixé trois objectifs. D’abord démontrer la résilience de notre business. Puis démontrer notre capacité d’adaptation et notre agilité. Enfin tout faire pour en sortir renforcé. Or, si nous prenons nos dix grands marchés, nous avons gagné ou maintenu nos parts de marché », affirme M. Ricard, qui se dit satisfait des performances de son groupe dans ce contexte difficile.

Lire aussi A cause du Covid-19 et des sanctions américaines, les vins s’exportent moins

Coup de frein brutal

Selon les données publiées mercredi 2 septembre, l’exercice fiscal clos le 30 juin se solde par un chiffre d’affaires de 8,44 milliards d’euros, en recul de 9,5 % à taux de change comparable. Le coup de frein est plus brutal en Asie qu’en Europe et aux Etats-Unis, où la dynamique des ventes en supermarchés a quelque peu comblé le trou d’air de la restauration. Le résultat opérationnel courant est quant à lui en retrait de 13,7 %, à 2,26 milliards d’euros, soit mieux que l’estimation faite fin mars, qui tablait sur un recul de 20 %. Enfin, le résultat net est en chute marquée, de 77 %, à 329 millions d’euros. En cause : la dépréciation pour plus d’un milliard d’euros (912 millions d’euros), de la marque de vodka Absolut.

Lire aussi Pernod Ricard supprime 10 % de ses effectifs en France

Absolut n’a pas retrouvé tout son dynamisme outre-Atlantique et la crise du Covid-19 a fait plonger ses ventes de 11 % sur un an à l’international

Il vous reste 40.72% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page