Auto-Moto

Essai Hyundai i10 N Line (2020) : citadine en baskets

Essai Hyundai i10 N Line 1.0 T-GDi 100 ch – Autant prévenir tout de suite : cette article ne parle pas de grand frisson, de contre-braquage, d’accélération fulgurante ni de mélodie mécanique.

Même bardée du logo N Line, l’i10 n’accède pas à la catégorie des vraies sportives, ni ne compte parmi les GTi. Mais cette petite coréenne ne manque pas d’intérêt pour autant : avec cette motorisation de 100 ch, elle gagne en polyvalence et se révèle plutôt rigolote.

Avec seulement une tonne à mouvoir, pas besoin d’une puissance folle pour émouvoir. L’i10 a du peps, elle se montre agréable à conduire et jouit d’un châssis – pourtant dérivé de celui de sa devancière – remarquable.

Le train avant offre beaucoup de grip et, lorsque l’on va au-delà de ses limites, les aides électroniques veillent efficacement. En ville, ce cocktail se montre agréable, mais c’est encore mieux en campagne : le gabarit XXS de cette voiture, son amortissement un peu ferme mais bien calibré et sa direction précise en font une voiture plaisante, pratique et joviale.

Cette coréenne produite en Turquie se montre bien plus communicative qu’une Twingo de 95 ch. Les sportifs les plus enthousiastes pourront même s’essayer, une fois l’ESC déconnecté, aux épingles prises au frein à main. Verdict : ça marche !

Hyundai i10 N Line

Pourtant, la fiche technique n’impressionne guère : sous le court capot, un 3-cylindres 1.0 turbo de 100 ch est accolé à une boîte de vitesses mécanique à seulement 5 vitesses… développée pour flirter avec les 300 km/h ! C’est évidemment faux, mais l’étagement de cette transmission se révèle exagérément long : les seconds et troisièmes rapports grimpent respectivement jusqu’à plus de 100 et 160 km/h.

Dommage, ce détail nuit aux reprises et aux accélérations, avec un 0 à 100 km/h abattu en seulement 10,5 secondes. Mais cela contribue à réduire la consommation sur les voies rapides, et notamment à 130 km/h, lorsque le régime est stabilisé à 3 000 tr/min.

On regrette également la placidité du moteur. Sa sonorité ne laisse quasiment rien transparaître et il souffre d’une grosse inertie : une fois montée, l’aiguille du compte-tours ne redescend que lentement.

Doté d’un turbocompresseur, ce bloc se révèle souple mais, au-delà de son régime de puissance maxi fixé à 4 500 tr/min, il manque d’intérêt. D’ailleurs, il régule en silence vers 6 500 tr/min, au moment où l’on préfèrerait entendre un rupteur. Tant pis pour la touche sportive.

Cependant, cette i10 gentiment dynamisée reste une citadine très recommandable, et capable de parcourir de longs parcours sur autoroute. Outre son apparence élégamment évocatrice, elle conserve toutes les qualités de la nouvelle i10, dont cette troisième génération a été lancée début 2020.

Hyundai i10 N Line

Facile à garer, très maniable, habitable, dotée de 5 places, pratique et jouissant d’une ergonomie soignée, elle profite par ailleurs d’une dotation de sécurité très fournie, qui intègre une caméra de recul, et même un système de maintien actif dans la voie de circulation.

En résumé, même si ce slogan était à l’origine destiné à une autre voiture, “elle a tout d’une grande”. Reste à débourser à peine moins de 18 000 € pour une citadine très recommandable, garantie cinq ans et devenue polyvalente. Mais qui reste toute petite !

Essai Hyundai i10 T-GDi 100 : notre avis

En version N Line de 100 ch, l’i10 gagne à être connue, plus pour sa grande polyvalence que pour ses réelles prétentions sportives. Elle s’avère très plaisante, à la ville comme à la campagne, et cette motorisation lui va très bien.

On aime

  1. Polyvalence remarquable
  2. Présentation intérieure & extérieure
  3. Rapport gabarit/habitabilité
  4. Equipement et tenue de route

On aime moins

  1. Etagement de la boîte de vitesses
  2. Transmission à 5 vitesses
  3. Mécanique sans charme

Hyundai i10 N Line : l’info en plus

La N Line est un niveau de finition, disponible avec le moteur à quatre cylindres 1.2 litre de 84 ch (4 CV) et avec le 1.0 turbo à trois cylindres de 100 ch (5 CV).

Cette version spéciale de la citadine coréenne est reconnaissable à ses boucliers spécifiques, qui intègrent à l’avant une signature lumineuse inédite. Ces détails entrainent une très légère hausse du gabarit (+ 5 mm en longueur). Cette i10 dispose également d’une sortie d’échappement double et de jantes de 16 pouces.

Hyundai i10 N Line

Fiche technique (Hyundai i10 N Line 1.0 T-GDi 100 ch)

  • Moteur : avant, transversal, 3-cylindres en ligne, essence, turbo, 998 cm3
  • Transmission : traction, mécanique, 5 vitesses
  • Puissance (ch à tr/min) : 100 à 4 500
  • Couple (Nm à tr/min) : 172 à 1 500
  • Poids à vide (kg) : 1 024
  • Long.xlarg.xhaut. (m) : 3,68×1,68×1,48
  • Empattement (m) : 2,43
  • Diamètre de braquage (m) : 9,7
  • Réservoir (l) : 36
  • Vitesse maxi (km/h) : 185
  • 0 à 100 km/h (s) : 10,5
  • Pneus de série : 195/45 R 16
  • Pneus de l’essai : Hankook Ventus Prime
  • Conso. mixte WLTP (l/100 km) : 5,4
  • Conso. pendant l’essai (l/100 km) : 6,6
  • CO2 (g/km) : 123
  • Malus : 0 €
  • Coffre à 5/à 2 (l) : 252/1 050
  • Pays de fabrication : Turquie
  • Garantie : 5 ans/kilométrage illimité
  • Puissance fiscale : 5 CV
  • Tarif de la i10 N Line 100 ch : 17 600 €
  • Tarif de la version essayée : 18 450 €

GAMME PROPOSÉE (Hyundai i10)
Essence, de 67 à 100 ch, de 12 090 € à 17 600 €

OPTIONS PROPOSÉES

  • Peinture métallisée : 500 €
  • Toit et rétroviseurs contrastés : 350 €

PRINCIPALES CONCURRENTES

L’actualité de Hyundai, traitée par auto-moto.com :

La future Hyundai i20 N se précise de plus en plus

Premier teaser pour le Hyundai Kona restylé

Hyundai dévoile une boîte manuelle sans pédale d’embrayage


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page