Economie

Apple bloque une mise à jour de Facebook visant à informer les utilisateurs de la « taxe Apple »

L’App Store (Apple).

Epic n’est plus seul dans sa guerre contre la « taxe Apple ». En faisant bannir d’iOS son jeu-phare Fortnite, pour avoir tenté de détourner le système selon lequel Apple perçoit 30 % des revenus sur les achats réalisés dans les applications pour iPhone et iPad, l’éditeur de jeux vidéo a réveillé les frustrations de dizaines d’entreprises.

Lire aussi La guerre entre Epic Games et Apple menace de toucher d’autres créateurs de jeux

Dernière en date : Facebook. Le géant du Web, qui avait déjà critiqué ces commissions d’Apple, a tenté d’expliquer ce système de commission à ses utilisateurs dans une mise à jour de son application. Facebook souhaitait ajouter une fonctionnalité permettant d’acheter des billets pour un événement (comme un cours de cuisine en ligne, par exemple) directement au sein de l’application. En dessous du bouton d’achat, le réseau social avait prévu d’écrire : « Apple prend une commission de 30 % sur cet achat. »

Pas vraiment du goût d’Apple, qui a refusé de déployer cette mise à jour tant que le texte ne serait pas supprimé. Facebook a dû s’y plier : il n’y a pas de trace de ce message dans la dernière mise à jour de l’application Facebook pour iOS, rapporte l’agence de presse Reuters.

Pour sa défense, Apple a rappelé que les règles de son magasin d’applications interdisent aux développeurs de montrer des informations « hors sujet » aux utilisateurs. Comme le rappelle The Verge, « Apple a été très strict par le passé au sujet des applications qui essaient d’expliquer les politiques de l’App Store. Des applications comme Netflix, Kindle et Spotify, par exemple, n’ont pas le droit de mentionner que les utilisateurs pourraient payer sur les versions Web sans qu’Apple ne prenne une commission et encore moins de mettre un lien pour ça ».

Une bataille plus large

Le 14 août dernier, Facebook avait déjà attaqué publiquement Apple, révélant que l’entreprise à la pomme avait refusé de supprimer purement et simplement sa commission perçue sur les achats liés à des événements Facebook : ce qui aurait pu permettre aux organisateurs de tels événements de récupérer la totalité des revenus sur les achats au sein des applications iOS.

Avec ce nouveau déboire, le plus gros réseau social du monde n’a visiblement pas dit son dernier mot, en communiquant sur le sujet. « Plus que jamais, nous devrions avoir la possibilité d’aider les gens à comprendre où va réellement l’argent qu’ils prévoient de donner aux petites entreprises, assure Facebook dans un communiqué transmis à Reuters. Malheureusement, Apple a rejeté notre annonce de transparence autour de leur taxe de 30 %, mais nous continuons de travailler pour rendre ces informations disponibles au sein de l’application. »

Ce n’est pas le premier accrochage entre les deux géants de la Silicon Valley. En mars 2018, en plein scandale Cambridge Analytica, Tim Cook s’en était pris à Facebook et son modèle économique, qui repose sur l’exploitation des informations personnelles de ses utilisateurs à des fins publicitaires. Depuis, les relations avec Mark Zuckerberg ne sont pas vraiment au beau fixe.

Au milieu du mois d’août, Facebook s’était aussi rapidement jeté sur la polémique Epic pour rejoindre le mouvement de contestation contre Apple et sa taxe. En face, Apple n’est pas en reste et s’attaque régulièrement au modèle économique de Facebook. La prochaine mise à jour de son système d’exploitation pour mobile (iOS 14), visant à protéger la vie privée des utilisateurs, va leur donner davantage d’options de contrôle pour refuser que Facebook puisse collecter des données depuis leurs iPhone – cela notamment au travers de publicités que Facebook distribue ou génère grâce à de nombreuses applications tierces utilisant ses logiciels. Une mise à jour d’Apple que l’entreprise de Mark Zuckerberg a publiquement regrettée.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La drôle de guerre des GAFA

Le Monde


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page