Economie

ce qu’il faut retenir des annonces de Jean Castex sur la situation sanitaire en France

« Tout faire » pour éviter un « reconfinement généralisé ». Le premier ministre, Jean Castex, a annoncé, jeudi 27 août, une série de nouvelles mesures visant à endiguer la recrudescence de l’épidémie due au nouveau coronavirus. « L’épidémie regagne du terrain, et c’est maintenant qu’il faut intervenir », a estimé le chef du gouvernement lors d’une conférence de presse à Matignon avec le ministre de la santé, Olivier Véran, et celui de l’éducation, Jean-Michel Blanquer.

Jean Castex a notamment annoncé l’obligation du port du masque dans la capitale, une affirmation que Matignon a par la suite nuancée avant qu’elle ne soit finalement confirmée par la Mairie de Paris, qui précise que cette obligation entrera en vigueur vendredi à 8 heures. Le premier ministre a aussi annoncé un objectif de 1 million de tests effectués par semaine en septembre.

L’épidémie a fait 30 576 (+ 32) morts en France, et plus de 6 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France au cours des vingt-quatre dernières heures, selon les données fournies jeudi par la direction générale de la santé – soit un nouveau record depuis la fin du confinement en mai. Par ailleurs, 22 nouveaux foyers d’infection (« clusters ») ont été identifiés en un jour. Les hospitalisations, elles, connaissent un léger reflux, avec 4 535 lits occupés par des patients Covid-19, dont 381 en réanimation.

  • Dix-neuf nouveaux départements en « zone rouge »

Le premier ministre a annoncé que 19 nouveaux départements avaient été placés en « zone rouge » – autrement dit en zone de circulation active du virus. Avec Paris et les Bouches-du-Rhône déjà présents dans cette catégorie, ce sont 21 départements au total qui sont désormais dans cette catégorie. Leur taux d’incidence a dépassé le niveau de 50 cas pour 100 000 personnes.

Le gouvernement constate une « recrudescence incontestable de l’épidémie », laquelle « progresse sur tout le territoire », avec « 39 cas positifs pour 100 000 – quatre fois plus qu’il y a un mois », a affirmé Jean Castex. Le taux de reproduction du virus se situe au-dessus de 1, « ce qui signifie qu’il gagne du terrain ». « Nous étions redescendus à 0,7 en mai. Nous sommes remontés à 1,4 », et « la positivité augmente pour toutes les tranches d’âge », a-t-il précisé. Quant au nombre d’hospitalisations, il « commence doucement mais sûrement à remonter. Plus de 800 patients Covid sont admis à l’hôpital par semaine en ce moment, contre 500 il y a six semaines », a-t-il encore rapporté.

  • Obligation du port du masque à Paris dès vendredi matin

Jean Castex a annoncé qu’en concertation avec Didier Lallement, préfet de police de Paris, et Anne Hidalgo, maire de la capitale, le port du masque allait être rendu obligatoire dans toute la ville. Cette obligation entre en vigueur vendredi à 8 heures et concerne en outre trois départements de la petite couronne : la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne, ont précisé la mairie et la préfecture dans l’après-midi. Le masque était déjà obligatoire dans plusieurs quartiers et rues depuis le mois d’août :

« Paris est classé dans les départements de circulation active du virus ; cela va entraîner des conséquences. J’ai indiqué que le préfet de police, après concertation avec la maire, allait étendre le port du masque à l’ensemble de la capitale – et la question se pose, évidemment, pour la petite couronne, compte tenu des circulations entre territoires. »

Cette décision fait suite à celle prise la veille pour rendre le port du masque obligatoire pour Marseille, deuxième ville la plus peuplée du pays, et décréter la fermeture des bars et des restaurants à 23 heures dans tout le département des Bouches-du-Rhône.

Sont concernés selon la préfecture « les piétons circulant dans les espaces publics, les utilisateurs de vélos, deux-roues, trottinettes et autres engins de mobilité personnels, motorisés ou non », précise la préfecture dans un communiqué. En revanche, « les usagers circulant à l’intérieur des véhicules à moteur (voitures des particuliers, camionnettes ou poids lourds des professionnels) seront dispensés de cette obligation ».

Par ailleurs, la Mairie de Paris prolonge de dix mois l’autorisation faite aux bars et restaurants d’étendre leurs terrasses sur l’espace public, une mesure décidée après le confinement. Jusqu’en juin 2021, les établissements pourront donc continuer à occuper, s’ils en ont fait la demande, places de stationnement et trottoirs.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Marseille tente de juguler un « rebond inquiétant » de l’épidémie pour éviter un « reconfinement local »
  • Le masque obligatoire dans l’enseignement supérieur

Après les collèges et les lycées, le port du masque devient aussi obligatoire à la rentrée « pour tout le monde » dans l’enseignement supérieur, a annoncé M. Castex.

« La règle est simple : le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces fermés où se situent plusieurs personnes. »

Pour faire respecter les mesures anti-Covid, M. Castex a mis l’accent sur les contrôles. Selon ses chiffres, 700 verbalisations sont dressées chaque jour dans l’ensemble du pays pour non-respect de l’obligation du port du masque.

Le premier ministre a également encouragé les Français à « éviter autant que possible les fêtes familiales », et éviter aussi « que papy et mamie aillent chercher les enfants à l’école ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Jean-Michel Blanquer précise les contours d’une rentrée voulue comme « la plus normale possible »
  • Pas de gratuité des masques

Alors que de nombreux politiques, de gauche comme de droite, ont plaidé ces derniers jours pour la gratuité des masques, le chef du gouvernement a une nouvelle fois exclu pareille éventualité. Il a cependant précisé que le gouvernement continuerait d’en fournir à ceux qui se trouvent dans les situations les plus précaires, ainsi qu’aux plus vulnérables.

Il convient à ce titre de rappeler que le gouvernement a déjà fourni 50 millions de masques à 3 millions de familles modestes ou en situation de précarité – soit environ 9 millions de Français. « Nous avons décidé de renouveler cette opération en octobre, et aussi souvent que cela sera nécessaire jusqu’à la fin de l’épidémie », a annoncé le premier ministre. Les personnes présentant un risque accru du fait de leur état de santé peuvent également se faire prescrire des masques par leur médecin, a-t-il rappelé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Etat ne fournira pas de masques aux élèves à la rentrée
  • Objectif du « million de tests » hebdomadaire en septembre

Le gouvernement veut « monter, à court terme, à un million [le nombre] de tests [réalisés] par semaine », contre plus de 800 000 actuellement, a indiqué le ministre de la santé, Olivier Véran. Le but est de « rendre disponibles les tests pour tous ceux qui le nécessitent, et pour tous ceux qui le souhaitent », a-t-il déclaré, alors que les délais d’attente sont souvent longs, et ce malgré une capacité nettement augmentée ces derniers mois. Ce nombre « n’est pas un totem, c’est juste le reflet de notre capacité effective à tester », a-t-il poursuivi.

Les tests virologiques de dépistage réalisés en France, longtemps touchés par la pénurie, ont vu leur nombre progressivement augmenter, pour au final atteindre puis dépasser l’objectif de 700 000 tests par semaine qui avait été fixé. M. Véran a annoncé que « 840 000 tests, en France », avaient ainsi été réalisés en une semaine. « C’est un effort de diagnostic et de dépistage sans précédent », s’est-il félicité, ambitionnant de placer la France dans « le peloton de tête » mondial.

M. Véran a par ailleurs rappelé que le gouvernement voulait disposer d’un stock national de 2 milliards de masques (1,8 milliard de masques chirurgicaux, 200 millions de masques FFP2). « Ces stocks sont en cours de constitution et seront atteints d’ici à la fin du mois de septembre », a-t-il assuré.

  • Des restrictions « au cas par cas » dans les Ehpad

Olivier Véran a enfin déclaré que les restrictions des visites des familles dans les maisons de retraite devaient être décidées « au cas par cas » et « de façon toujours proportionnée ». « Notre but, c’est d’éviter au maximum un reconfinement généralisé des Ehpad, parce qu’il a été très douloureux pour les résidents, pour leurs familles, pour les aidants et pour le personnel », a-t-il observé.

Pour ne pas avoir à en arriver là, le respect des gestes barrières reste primordial, « notamment le port du masque », a-t-il insisté. Les pouvoirs publics intensifient par ailleurs le dépistage des personnels, notamment dans les zones où le virus circule activement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Macron bouscule sa rentrée pour rassurer les Français

Le Monde avec AFP et Reuters


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page