Economie

La Belgique restreint les déplacements depuis Paris, classée « zone rouge »

Les restrictions et les annulations se multiplient dans le monde, sur fond de persistance de la pandémie de nouveau coronavirus. Cette dernière a fait au moins 820 180 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi

  • La Belgique place Paris en « zone rouge »

Cycliste le long de la Seine, à Paris, le 24 mai 2020.

Le ministère belge des Affaires étrangères a ajouté mercredi Paris à sa liste des destinations européennes qui ne sont plus autorisées, à moins de se soumettre au retour à un dépistage du coronavirus et à une période d’isolement.

La Roumanie, certaines régions bulgares et croates, une grande partie de l’Espagne et trois départements français (Bouches-du-Rhône, Guyane, Mayotte) étaient déjà classés en « zone rouge ». Y ont été ajoutés mercredi Paris et les départements limitrophes de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne, ainsi que ceux de la Sarthe (centre-ouest), de l’Hérault et des Alpes-Maritimes (sud).

Les autorités sanitaires belges considèrent que les séjours à l’étranger sont un important facteur de risque de propagation du virus dans le royaume, où les contaminations (moins de 500 par jour) sont de nouveau orientées à la baisse après une recrudescence en juillet août. En outre, à Bruxelles ce mois-ci, seule une minorité (40 %) de voyageurs revenant de zones rouges a accepté de se soumettre à un dépistage pourtant théoriquement obligatoire, a rapporté l’agence de presse Belga.

  • Le Forum de Davos, en Suisse, reporté à l’été prochain

Le Forum économique mondial de Davos (Suisse), qui se tient habituellement en hiver, est déplacé « au début de l’été prochain » car les conditions n’étaient pas réunies pour l’organiser « de manière sécurisée » en janvier, en raison de la pandémie de Covid-19, a déclaré sa direction dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le multilatéralisme à l’épreuve du coronavirus

« La décision n’a pas été facile tant il est urgent de réunir les dirigeants mondiaux » pour façonner une grande réinitialisation post-Covid, précise un porte-parole de l’organisation. Si l’organisation ne fournit pas de détails sur les dates précises de l’édition 2021, elle sous-entend également qu’elle pourrait ne pas se tenir à Davo. Début juin, la direction du Forum économique mondial disait vouloir maintenir la célèbre rencontre annuelle dans la petite ville des Alpes suisses, mais dans une « configuration sans précédent », comprenant « des dialogues en personne et virtuels ».

Outre la rencontre physique reprogrammée à l’été, l’organisation a fait savoir qu’elle organisera « dans la semaine du 25 janvier » des « dialogues virtuels de haut niveau au cours desquels les dirigeants mondiaux pourront partager leurs vues sur le monde de 2021 ».

Lire aussi En Afrique, la croissance économique est menacée par la crise du Covid-19
  • Berlin interdit une manifestation d’« anti-masques »

Manifestation contre les restrictions liées au Covid-19 sous la porte de Brandebourg, à Berlin, le 1er août 2020.

La ville de Berlin a décidé mercredi d’interdire une manifestation d’opposants au port du masque et aux restrictions sanitaires, suscitant l’indignation de l’extrême droite qui appelle à « résister ».

Les autorités de la capitale ont justifié leur décision d’interdire cette manifestation prévue samedi par l’impossibilité de respecter les distances d’au moins 1,5 mètre entre manifestants, dans un contexte de reprise de l’épidémie en Allemagne.

Une précédente manifestation d’opposants aux mesures contre l’épidémie a réuni le 1er août quelque 20 000 personnes dans un cortège hétéroclite rassemblant « libres penseurs », militants antivaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d’extrême droite.

  • Les femmes auraient une meilleure réponse immunitaire au Covid-19

La réponse immunitaire des femmes contre le Covid-19 pourrait être plus forte que celle des hommes, ce qui pourrait expliquer pourquoi ces derniers sont davantage touchés par des formes graves, avance une étude publiée mercredi.

« Ce que nous avons trouvé, c’est que les hommes et les femmes développent différents types de réponse immunitaire au Covid-19 », assure l’auteur principal de l’étude, la professeure Akiko Iwasaki, dans une vidéo mise en ligne par l’université de Yale, aux Etats-Unis.

Selon cette spécialiste de l’immunité, « ces différences peuvent impliquer une susceptibilité accrue des hommes à cette maladie ». Publiée dans la revue scientifique Nature, l’étude rappelle que « les hommes représentent 60 % des morts du Covid-19 dans le monde ».

Selon ces travaux, l’action des lymphocytes T (qui tuent les cellules infectées et sont ainsi responsables de l’un des volets de la réponse immunitaire) était plus forte chez les femmes, même âgées, que chez les hommes. De leur côté, à un stade précoce de l’infection, les hommes produisaient globalement plus de cytokines que les femmes, ces substances pointées du doigt dans les formes graves de Covid-19.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page