Sports

Ce Bayern qui déteste tant le PSG

Sur la même longueur d’onde que le patron de la Liga Javier Tebas, les dirigeants du Bayern n’ont pas manqué une occasion ces dernières années de critiquer l’ascension du nouveau riche parisien.

La finale de la Ligue des champions met aux prises cette année deux puissances du football européen qui ne partagent pas forcément la même philosophie. Appartenant aux clubs historiques du Vieux continent – ces acteurs pour qui l’expérience légitime à elle seule leur position au sommet de la hiérarchie – le Bayern a vu éclore avec défiance depuis dix ans des rivaux nantis de moyens nouveaux. Ciblés déjà par le président de la ligue espagnole de football, ces Manchester City et autre PSG incarnent ni plus ni moins aux yeux des Munichois que des pique-assiettes sans foi ni loi.

A peine les fonds du Moyen-Orient avaient-ils gagné les caisses des entités concernées, au début des années 2010, Uli Hoeness, alors membre du directoire bavarois, n’hésitait pas à prendre à témoin le patron de l’UEFA. « Michel Platini devrait surveiller ce qu’il se passe chez ses amis français du PSG ou du côté de Manchester City… » Et son homologue Karl-Heinz Rummenigge de nier dans la foulée l’histoire du PSG, insignifiante selon lui « jusqu’à ce qu’il ait été repris par un cheikh… »

Leonardo agacé par les Allemands

Après le transfert retentissant de Neymar, de Barcelone à Paris en 2017, les allusions et critiques en provenance de Munich se sont fait plus lourdes de sens. « Le succès sportif ne se programme pas contrairement à ce que pensent les pourvoyeurs de fonds, dixit alors Rummenigge. Ce ne sont pas le Bayern, le Real Madrid ou Barcelone qui dépenseraient autant. Seuls Paris et Manchester City osent prôner une telle politique. Et rien ne dit que le PSG gagnera la Ligue des champions… » Même émoi exprimé par Hoeness : « Ces sommes folles investies sur le marché ne sont pas forcément des gages de réussite sportive. A ce que je sache, Neymar n’est pas devenu un meilleur joueur grâce à la somme de son transfert ! »

Depuis trois ans, de telles remarques se sont multipliées à l’encontre du PSG et de ses ressources gazières ou pétrolières, souvent émanant d’Allemagne ou d’Espagne. Récemment toutefois, Leonardo, le directeur sportif du club parisien, s’est permis de renvoyer l’ascenseur, vexé par la signature de l’espoir francilien Tanguy Kouassi en faveur du Bayern. « Les clubs allemands, principalement le Bayern Munich, Leipzig et le Borussia Dortmund, s’attaquent aux jeunes et menacent la formation française. C’est un grand problème… Ils appellent les parents, les amis, la famille, le joueur lui-même. A 15 ou 16 ans, ils font tourner la tête des jeunes », dénonce le dirigeant brésilien. Le décor ainsi planté, place au jeu dimanche à Lisbonne entre ces deux grands d’Europe.

Lire aussi:
Mbappé s’y voit déjà !
Couvre-feu à Paris après la final
Les enseignements sur le Bayern à J-1

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/9

    Le PSG en finale !

    Les Parisiens ont assumé leur statut de favori contre Leipzig (3-0), mardi soir à Lisbonne, lors de la première demi-finale de la Ligue des champions.

  • 2/9

    Di Maria aux anges

    Auteur d’un but et de deux passes décisives face aux Allemands, Angel Di Maria a logiquement été élu joueur du match.

  • 3/9

    Paris aux portes d’un record

    Avant d’être neutralisé (mais victorieux aux tirs au but) face à l’OL en finale de la Coupe de la Ligue le 31 juillet dernier – et ce sans trouver la faille dans le jeu – le PSG avait systématiquement marqué lors de 36 rencontres consécutives. Soit depuis le 25 septembre 2019 et un revers à Reims (2-0). En Ligue des champions, la série est en cours, portée pour l’heure à 33 matches. Le record en la matière dans une compétition européenne majeure, détenu par le Real Madrid, est tout proche : 34, entre 2011 et 2014.

  • 4/9

    La folie à Paris

    Accueillis en héros à leur hôtel, les joueurs de Thomas Tuchel ont également été célébrés à Paris, aux abords du Parc des Princes.

  • 5/9

    Tous au Parc

    Fumigènes, feux d’artifice: les supporters du PSG ont fêté dignement cet exploit historique du club de la capitale.

  • 6/9

    Les Champs en rouge et bleu

    La fête s’est étendue jusqu’aux Champs-Elysées, également pris d’assaut par les supporters parisiens quelques minutes après le coup de sifflet final.

  • 7/9

    La capitale en fête

    Là aussi, des feux d’artifice ont été tirés pour saluer la performance de Kylian Mbappé et ses partenaires, qui affronteront l’OL ou le Bayern Munich en finale.

  • 8/9

    Ô Ville Lumière…

    La fête s’est poursuivie jusqu’à près de deux heures du matin pour les supporters parisiens, heureux comme jamais !

  • 9/9

    Les Champs sous haute surveillance.

    Sur la même longueur d’onde que le patron de la Liga Javier Tebas, les dirigeants du Bayern n’ont pas manqué une occasion ces dernières années de critiquer l’ascension du nouveau riche parisien. La finale de la Ligue des champions met aux prises cette année deux puissances du football européen qui ne partagent pas forcément la […]



Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page