Economie

Une analyste financière de Kepler victime d’« intimidation »

C’est un message très inhabituel que les clients de Kepler Cheuvreux ont reçu mercredi 19 août. Le courtier indépendant les informait que l’analyste financière spécialiste du secteur de la grande distribution renonçait à couvrir deux valeurs importantes de son périmètre, le français Casino et l’allemand Metro, après « des tentatives d’intimidation anonymes » en relation avec certaines de ses publications. Le responsable de la recherche sur les actions françaises chez Kepler assure désormais directement le suivi de ces deux entreprises.

Casino et Metro partagent un investisseur important. En septembre 2019, le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky – actionnaire à hauteur de près de 30 % du distributeur allemand – était entré au tour de table du français dont il détient 5,2 %. « Daniel Kretinsky est sidéré par cette nouvelle. Il condamne fermement ce genre de pratiques », indique un porte-parole de l’homme d’affaires, également actionnaire indirect du Monde.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face aux crises, les investisseurs préfèrent les directions bicéphales

« Nous avons bien pris note de l’information publiée par Kepler Cheuvreux. Nous ne disposons pas de plus d’informations sur ce sujet. Bien entendu, nous condamnons toute manœuvre d’intimidation à l’encontre de qui que ce soit », ajoute un porte-parole du groupe Casino. Ni l’analyste ni Kepler n’ont souhaité commenter cette affaire.

Ultimatum

De mémoire de Bourse, c’est la première fois qu’un analyste financier renonce à suivre des valeurs par peur de représailles. Selon nos informations, l’analyste de Kepler a reçu à son domicile de Francfort une lettre anonyme la sommant de ne plus diffuser des opinions sur Casino et Metro, jugées trop négatives par le ou les auteurs de cet ultimatum exigeant également du courtier français qu’il cesse toute couverture sur ces valeurs.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bourse : quand l’investisseur prend des décisions irrationnelles

La police allemande enquête. L’Autorité des marchés financiers (AMF) a été informée. « L’AMF déplore bien sûr cette situation et est tenue d’en informer le procureur de la République », précise le gendarme financier.

En publiant des recommandations d’achat ou de vente concernant des actions, sur lesquelles s’appuient ensuite les investisseurs, les analystes financiers influent sur les cours de Bourse. Des enjeux financiers considérables en découlent, aussi bien pour les investisseurs que pour les émetteurs ; dès lors la profession est habituée à subir des pressions.

Ce n’est sans doute pas un hasard si l’affaire concerne notamment Casino, un dossier sous très haute tension

Il vous reste 44.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page