Economie

Les Français continuent de remplir leur Livret A

Les sommes placées sur les Livrets A ne cessent de gonfler mois après mois. En juillet, la collecte nette (les dépôts, moins les retraits) est ainsi restée très largement positive, de 1,85 milliard d’euros, selon les chiffres publiés le 21 août par la Caisse des dépôts et consignations.

Et ce malgré les montants très élevés déjà placés depuis le début de l’année, notamment pendant les mois de confinement – 22,25 milliards d’euros ont, au total, été collectés depuis début janvier.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les sociétés civiles de placement immobilier sont-elles toujours aussi sûres ?

Certes, les résultats de juillet sont moins élevés que ceux des mois précédents, mais demeurent très importants. A titre de comparaison, la collecte nette mensuelle moyenne en 2019, qui était d’ores et déjà une bonne année pour ce placement, était de 1,38 milliard et 12,64 milliards avaient au final été engrangés sur l’année. En sept mois, le Livret A a collecté autant que sur les années 2018 et 2019 réunies.

Si l’on prend en compte le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), produit qui obéit à des règles très proches de celles du Livret A (même taux, même exonération fiscale, mais plafonds différents), la collecte juillettiste nette atteint 2,49 milliards.

Anxiété sanitaire et économique

Au total, Livret A et LDDS hébergent 439,5 milliards d’euros, un encours en hausse de 28,61 milliards depuis début janvier.

Le taux du Livret A et du LDDS n’a, lui, pas évolué au 1er août et demeure fixé à 0,50 % (net). Sans surprise, le gouvernement a en effet suivi l’avis du gouverneur de la Banque de France et choisi d’appliquer la formule de calcul de ce taux, qui dépend de l’inflation et des taux auxquels les banques se prêtent à court terme.

Malgré ce taux historiquement bas, la poursuite de bons résultats pour ces placements, sur lesquels l’épargne est à tout moment disponible et qui ne comportent pas de risque de perte de capital, « témoigne d’un haut niveau d’anxiété au sein de l’opinion publique et d’un refus de s’engager sur le terrain de l’épargne de long terme. Ce comportement se traduit également par la hausse continue depuis le début de l’année des dépôts à vue (452 milliards d’euros à fin juin contre 411 milliards à fin février) », note Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’épargne, dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Epargne : où va l’argent déposé sur le livret LDDS ?

Les mois qui viennent ne devraient pas voir la donne bouleversée, à ses yeux : « Les craintes de deuxième vague et les menaces sur l’emploi devraient conduire à maintenir un fort volant d’épargne de précaution, favorisé pour le moment par le maintien du pouvoir d’achat des ménages, comme l’a souligné récemment une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ».


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page