Economie

La Poste veut mettre le paquet sur l’Allemagne

Alors que des pans entiers de l’économie souffrent des conséquences de l’épidémie liée au coronavirus, il en est un, celui du colis, qui y a beaucoup gagné. Depuis le printemps, il connaît un pic d’activité, les consommateurs s’étant massivement reportés sur l’e-commerce dans les semaines suivant le début du confinement. Selon une source interne au sein du groupe La Poste, le marché européen traitera finalement, en 2020, un milliard de paquets de plus que ce qui avait été prévu avant la crise sanitaire (soit plus de 13 milliards sur l’année). L’évolution à l’horizon de 2030 a également été revue à la hausse, avec 3 milliards de paquets échangés de plus que lors des estimations pré-Covid. Au niveau européen, on devrait alors recenser plus de 25 milliards de colis.

Lire l’entretien : Philippe Wahl : « Le Covid-19 rend La Poste plus nécessaire »

La pandémie a provoqué un autre changement important pour les opérateurs du secteur : la part envoyée par une entreprise à une autre entreprise (« B to B »), qui bénéficie de marges confortables, va stagner, alors que les volumes de paquets destinés aux consommateurs (« B to C »), aux prix serrés, vont connaître une croissance exponentielle. Selon une estimation interne de l’opérateur postal, dans dix ans, la part « entreprises » ne devrait plus représenter en Europe qu’un quart du marché, contre 43 % en 2018.

« Les volumes des colis d’entreprise évoluent au rythme du produit intérieur brut, alors que ceux livrés aux consommateurs progressent de l’ordre de + 8 % à + 10 % par an », résume un consultant.

Un secteur très concurrentiel

La Poste en tire les conséquences. GeoPost, sa branche spécialisée dans les envois express et à l’international, principalement axée sur les entreprises, va se tourner résolument vers le grand public. Selon nos informations, cette dernière a déposé, début août, une offre afin de prendre le contrôle d’Hermes en Allemagne. Il s’agit du numéro deux de la livraison B to C, avec 20 % de parts, derrière l’opérateur postal national Deutsche Post DHL.

La société Hermes, créée dans les années 1970 par le groupe allemand Otto, ex-numéro un mondial de la vente à distance, pour distribuer les particuliers, s’est depuis largement diversifiée et développée, essentiellement en Allemagne et au Royaume Uni, mais aussi en France avec Mondial Relay. Otto, bousculé par la concurrence des grands e-commerçants, cherche aujourd’hui des acheteurs ou des partenaires pour ces trois marchés.

Cette opération s’inscrit dans une stratégie d’acquisitions menée à bride abattue

Il vous reste 55.59% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page