Economie

L’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon reprend Camaïeu

Une boutique Camaïeu, à Lille, en mai.

La reprise de l’enseigne de prêt-à-porter féminin Camaïeu, en redressement judiciaire depuis la fin mai, a connu son dénouement lundi 17 août. Le tribunal de commerce de Lille a décidé d’opter pour le plan proposé par la Financière immobilière bordelaise (FIB), holding dirigée par l’homme d’affaires Michel Ohayon, 57 ans.

Soutenue par le syndicat maison majoritaire (38 %) Unis pour agir ensemble (UPAE), la proposition portée par l’actuel PDG de Camaïeu Joannes Soënen, et trois fonds déjà actionnaires (GoldenTree, CVC et Farallon) a été rejetée. « L’UPAE espère vivement que la FIB se montrera à la hauteur de ses engagements afin d’assurer la reprise et la pérennité de cette belle entreprise. Cependant une phase très difficile attend les collaborateurs qui vont être licenciés, l’UPAE restera très vigilant sur l’accompagnement de nos collègues », a déclaré le syndicat dans un communiqué.

Lire aussi Camaïeu repris par un fonds d’investissement, plus de 2 600 postes maintenus sur 3 100

L’offre de la FIB porte sur la reprise de 511 magasins et de 2 659 salariés sur les 3 146 que compte l’enseigne. Celle de la direction prévoyait de conserver 2 520 emplois et de reprendre 446 magasins. In fine, ce sont 460 personnes qui devront partir, soit dans le cadre de départs volontaires, soit être licenciées pour motif économique dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) d’un budget de 5 millions d’euros a indiqué l’avocat du comité social et économique (CSE) de l’entreprise, Stéphane Ducrocq.

Donner un second souffle

« Je suis soulagée (…). Mon magasin est sauvé, et il y a moins de casse sociale » que prévu, a réagi auprès de l’Agence France-Presse (AFP) Mélanie Dubuche, élue CFDT, présente devant le tribunal avec une poignée d’autres salariés. « On ne pouvait pas faire confiance à des gens [la direction actuelle] qui ont fait quelque chose d’immoral, a réagi Omar Rahni (CGT). Là, on va repartir sur de nouvelles bases. »

Pour Olivier Pardo, avocat de la FIB, « les difficultés de Camaïeu n’étaient pas liées au coronavirus. » L’offre de Michel Ohayon, soutenue par l’intersyndicale CFDT-CGT-FO, a l’ambition de sauver l’entreprise et de lui donner un second souffle. Il présente l’homme d’affaires bordelais comme « le fidèle successeur de Bernard Darty, qui pensait également que les magasins en dur avaient un avenir supérieur à ceux du virtuel. »

Lire aussi Les deux offres de reprise de Camaïeu divisent les salariés

Michel Ohayon a débuté comme « vendeur de vêtements à Bordeaux ; il avait l’angoisse tous les mois de ne pas pouvoir payer son loyer », décrit M. Pardo. « Et un jour, il a une idée qui va se révéler très fructueuse, d’acheter les murs. Cela ne se faisait absolument pas, c’est l’un des premiers qui l’a fait. Par cette technique, il a joint l’immobilier à son activité, [ce qui] lui a permis d’avoir un développement [pérenne] ; il avait des actifs immobiliers solides qui lui ont permis de résister à toutes les crises et de se développer », explique l’avocat.

Il vous reste 36.31% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page