Economie

l’espoir d’un retour à la normale dans les entreprises désormais écarté

Face à la recrudescence de l’épidémie de Covid-19, la rentrée s’annonce masquée et régie par un nouveau protocole dans les entreprises, et plus généralement en milieu professionnel. La ministre du travail, Elisabeth Borne, en a fait l’annonce au cœur du week-end du 15 août, dans Le Journal du dimanche : de nouvelles règles sanitaires, « dont le port obligatoire du masque » dans certaines situations, telles que les réunions ou la circulation dans les espaces communs, doivent être présentées dès demain, mardi 18 août, aux partenaires sociaux. Plus généralement, le télétravail « reste recommandé », et ce « chaque fois que c’est possible dans les zones de circulation active du virus », a ajouté la ministre.

Des règles qui devront entrer en vigueur d’ici à la fin du mois d’août, de manière que la reprise de septembre se fasse dans les meilleures conditions sanitaires possibles. Pour autant, la ministre écarte à demi-mot un nouveau confinement généralisé qui remettrait les entreprises au ralenti, voire à l’arrêt, après les huit semaines de confinement du 17 mars au 11 mai : « Nous allons donc voir quelles sont les mesures envisageables pour allier santé au travail et continuité de l’activité économique », souligne-t-elle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Emmanuel Macron et le gouvernement face à la peur de la deuxième vague

Nicolas Péju, directeur adjoint de l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, avait déjà laissé entendre il y a quelques jours que le masque pourrait s’imposer dans les bureaux, ateliers ou usines. « Effectivement, il peut y avoir de nombreuses occasions où les règles de distanciation ne peuvent être respectées, en entreprises comme ailleurs, disait-il. Dans tous ces cas-là, le port du masque doit être effectif. » En revanche, la jauge de 4 mètres carrés d’espace par salarié, rendue obligatoire dans le protocole de déconfinement publié à la mi-mai, ne devrait pas être modifiée par ces nouvelles mesures.

Les dernières données sur la circulation du virus en France démontrent en effet que les milieux professionnels sont propices à la contamination. Au 16 août, d’après les données de l’ARS d’Ile-de-France, sur les 73 foyers épidémiques actifs recensés dans la région, un peu plus d’un sur quatre était localisé en milieu professionnel.

Parmi les différents types de clusters identifiés, tels que la famille élargie, les rassemblements de personnes, les établissements pour personnes âgées ou les milieux universitaires ou scolaires, les entreprises publiques et privées sont le lieu de contamination le plus fréquent. Elles représentent près de trois clusters en cours d’investigation sur dix.

Il vous reste 45.71% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page