Economie

Les géants de la technologie américaine redoutent les conséquences des sanctions contre la Chine

Dans son obstination à repousser la suprématie technologique chinoise, le président des Etats-Unis, Donald Trump, a-t-il sous-estimé les effets de bord qui pourraient pénaliser les entreprises de son pays ? La question se pose après que la Maison Blanche a décidé de s’attaquer à deux applications populaires : le service de partage de vidéo TikTok et la méta-application WeChat (messagerie, service de paiement, informations…), toutes deux accusées de collecter des informations sur les citoyens américains au profit des autorités de Pékin.

Lire aussi Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web

Bien que floue, l’instruction transmise par M. Trump au département du commerce pourrait conduire, non seulement au bannissement de ces applications aux Etats-Unis, mais aussi à l’interdiction, pour toute firme américaine, de commercer avec les maisons mères de ces deux entreprises, à savoir ByteDance et Tencent.

Alors qu’il avait auparavant concentré ses attaques sur le géant des télécommunications Huawei – depuis peu premier constructeur mondial de smartphones et également leader des infrastructures –, le président franchit là un nouveau palier dans son offensive. Jusqu’alors demeurés à l’abri de l’ire trumpienne, les deux mastodontes sont également des partenaires importants de grandes compagnies américaines, qui n’ont pas manqué de signaler leur inquiétude à la Maison Blanche, à l’occasion d’une réunion téléphonique qui s’est tenue jeudi 13 août.

Lire aussi Pourquoi Donald Trump veut aussi interdire l’application de messagerie WeChat

Apple était au rendez-vous. Et pour cause : la marque à la pomme a beaucoup à perdre dans cette escalade des tensions. La Chine est un marché stratégique pour l’entreprise, qui y réalise entre 15 % et 20 % de ses ventes, et où beaucoup de consommateurs restent à conquérir. Mais qui y achèterait un iPhone où l’application WeChat, indispensable à la vie quotidienne, ne serait pas disponible ? Selon l’analyste de ResearchGate Ming-Chih Kuo, de telles mesures de rétorsion pourraient réduire de 25 % à 30 % les ventes de l’enseigne dans l’empire du Milieu.

Persévérance de Washington

Des entreprises plus éloignées des nouvelles technologies étaient également représentées lors de cette conférence téléphonique comme Ford, Walmart ou la NBA (l’Association nationale de basket-ball), dont la diffusion des matchs en Chine est notamment assurée par Tencent. D’autres auraient pu avoir intérêt à les rejoindre, dont ces sociétés qui ont Tencent à leur capital, comme Warner Music Group ou les studios de jeu vidéo Riot Games, Supercell et Epic Games, et qui ignorent si cela pourrait désormais leur être reproché.

Il vous reste 55.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page