Sports

Garcia, sa leçon à Guardiola

Souvent critiqué depuis qu’il entraîne l’OL, Rudi Garcia a prouvé sa valeur contre Pep Guardiola, l’un des meilleurs entraîneurs au monde.

Il ne le dira sans doute pas publiquement, mais Rudi Garcia doit savourer la revanche qu’il prend depuis quelques jours. Désigné un peu à la surprise générale par Jean-Michel Aulas et Juninho pour remplacer Sylvinho sur le banc de l’OL en octobre dernier, l’entraîneur lyonnais a aussitôt été pris en grippe par les supporters, qui l’ont rapidement grimé en clown sur les réseaux sociaux. A cause de son expérience précédente à l’OM, de sa communication parfois irritante mais aussi en raison des résultats insuffisants des Gones en Ligue 1.

Lire aussi: Les notes des Lyonnais contre Manchester City

Plusieurs mois plus tard, Lyon est en liesse et le voilà à la tête d’une équipe demi-finaliste de la Ligue des champions, qui a su déjouer tous les pronostics en huitièmes contre la Juventus Turin et en quarts face à Manchester City. Deux exploits qui ne peuvent pas être seulement dus au hasard. Face aux Anglais, samedi soir à Lisbonne, Rudi Garcia a trouvé les clés pour contrecarrer les plans de Pep Guardiola, contraint de s’adapter en permanence. Avant même le coup d’envoi, d’ailleurs, le manager des Skyblues ayant aligné un onze inédit.

« On a gagné la bataille tactique »

En laissant des atouts offensifs majeurs sur le banc au coup d’envoi, comme Bernardo Silva et Riyad Mahrez, le technicien catalan a effectivement surpris son monde. A commencer par des propres joueurs… « Avec Pep, il faut s’attendre à tout, a réagi le coach de l’OL sur RMC Sport. On savait qu’il pouvait concocter quelque chose pour nous poser des problèmes. Mais finalement, je pense qu’on a gagné la bataille tactique dans le sens où on maîtrise bien notre système tactique, même si j’en ai changé (en cours de match). »

Ce système à trois défenseurs, avec un milieu à trois et deux pistons sur les côtés (Maxwel Cornet et Léo Dubois), avait déjà fait ses preuves une semaine plus tôt contre les Bianconeri de Maurizio Sarri. Il offre aux Gones une certaine stabilité défensive, une densité gênante pour leurs adversaires dans l’entrejeu, et leur permet de se projeter vite vers l’avant à la récupération. Mais il leur a surtout redonné confiance, après une saison mitigée, et fait prendre conscience de leur capacité à rivaliser avec les meilleures formations du continent.

C’est aussi cet état d’esprit, à nouveau conquérant, qui change la donne pour l’OL. Rudi Garcia n’a pas manqué de le souligner, saluant notamment l’apport d’un Moussa Dembélé remplaçant mais auteur d’un doublé décisif. « C’est d’abord dû à l’esprit d’équipe, l’esprit collectif, a-t-il ainsi expliqué. On a vu tout le monde se défoncer les uns pour les autres, notamment les entrants. […] Le salut est venu du banc, comme dans les deux premiers quarts de finale. » Un banc sur lequel l’entraîneur lyonnais a toute sa place.

Lire aussi:
Macron fier du PSG et de l’OL
Un dernier carré historique pour le foot français
Aulas: « Ça remet l’OL à sa place »

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/12

    Manchester City-OL

    Découvrez en images les notes des Lyonnais contre Manchester City –>

  • 2/12

    Anthony Lopes : 7

    Quelques belles horizontales, pour la photo parfois mais pas toujours. Impérial dans les airs, il a su soulager sa défense aux bons moments.

  • 3/12

    Jason Denayer : 6,5

    Comme souvent dans les grands rendez-vous, le Belge a haussé le ton. Parfois bousculé par Sterling, il a néanmoins tenu la baraque.

  • 4/12

    Marcelo : 6,5

    Sûr dans son placement et ses interventions, souvent tranchantes, il a certes commis quelques fautes mais n’a que rarement été pris à revers.

  • 5/12

    Fernando Marçal : 7,5

    Au diapason de ses compagnons de défense, il s’est même révélé plus saignant encore, et parfaitement inspiré dans ses relances.

  • 6/12

    Léo Dubois : 5

    Très peu en vue offensivement, il s’est contenté de surveiller son couloir mais n’a pas le rôle de piston attendu. Remplacé à la 74e minute par un Kenny Tete concerné d’entrée (6).

  • 7/12

    Maxence Caqueret : 6

    Quelques erreurs coupables, notamment sur l’égalisation de City, mais un gros volume de jeu et un sens du placement précieux.

  • 8/12

    Bruno Guimaraes : 5

    S’il a colmaté des brèches en première période, il a quelque peu disparu de la circulation après la pause. Remplacé à la 70e minute par un Thiago Mendes qui a su remettre de l’ordre dans la maison (6).

  • 9/12

    Houssem Aouar : 8

    Percutant et même perforant, il a fait du bien à son équipe dans ses multiples chevauchées vers l’avant. Il est du reste concerné sur les deux buts décisifs de Moussa Dembélé.

  • 10/12

    Maxwel Cornet : 7

    Encore un match inspiré de la part de l’intéressé face à City, avec un but remarquable inscrit en première période. Certes quelques approximations défensives mais aussi beaucoup de cœur et d’impact.

  • 11/12

    Memphis Depay : 3

    Aux abonnés absents ou presque offensivement parlant, il a eu le mérite certes d’être le premier défenseur de son équipe mais on attend davantage de sa part… Remplacé à la 75e minute par un Moussa Dembélé ultra-réaliste et enfin décisif en Ligue des champions cette saison (7,5).

  • 12/12

    Karl Toko Ekambi : 6

    Il n’a pas ménagé ses efforts ce soir, multipliant les appels et les courses pour ouvrir des brèches dans la défense adverse. Il est du reste à l’origine du but de Maxwel Cornet et bien inspiré de laisser le ballon à Moussa Dembélé sur la première réalisation de celui-ci. Remplacé à la 88e minute par Jeff Reine-Adélaïde (non noté).



Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page