Economie

du Loiret au Delaware, une vie de châteaux

Sur les traces de la famille Dupont de Nemours.

Le banc où Pierre-Samuel du Pont de Nemours fit la demande en mariage à sa première épouse, Charlotte le Dée de Rencourt.
Jardin de l'Hôtel particulier du XVIIIe siècle du tuteur de Charlotte le Dée de Rencourt.
90, rue de Paris. Nemours (77)

Pierre-Samuel Du Pont De Nemours.
Économiste, homme politique, philosophe, diplomate, journaliste et entrepreneur.
Il émigre à Wilmington aux États-Unis en 1800 où son fils, Eleuthère fond la célèbre entreprise:

PATRICK TOURNEBOEUF / TENDANCE FLOUE POUR «LE MONDE»

Par

Publié aujourd’hui à 20h00

A vendre : domaine de dix hectares, avec demeure de caractère, cent kilomètres au sud de Paris, près du village de Chevannes (Loiret). La petite annonce est publiée dans Le Monde, début 1974. Malgré sa drôle de toiture, typique des années 1920, la maison retient l’attention de Raymond Veyriac. Ce banquier, qui dispose d’une belle clientèle d’aubergistes aveyronnais, a de quoi investir : affaire conclue.

Jardin à la française qui se trouvait  devant le domaine du Bois-des-Fossés, où vécut Pierre Samuel du Pont de Nemours, dans le village de Chevannes (Loiret). La maison se trouvait à l'emplacement du groupe d'arbres.

En déblayant sa nouvelle propriété, il découvre l’angelot d’une fontaine, les marches d’un escalier… Un jardin à la française tout droit sorti du siècle des Lumières se dessine sous ses yeux. « Mon grand-père a acheté à un industriel de l’électronique, raconte le petit-fils de M. Veyriac, Jean-Bernard Bouchard, qui a hérité des terres à sa mort, en 2018. Cet entrepreneur envisageait de déménager ses usines ici, en pleine campagne du Gâtinais. Heureusement, il a dû vendre avant, pressé par le fisc. »

Une vie romanesque

Pour restaurer ce qui peut l’être, Veyriac creuse l’histoire des lieux. Un voisin finit par lâcher le morceau : s’il reste peu de traces de son passage – hormis le jardin –, c’est principalement ici qu’a vécu, de 1774 à 1815, Pierre Samuel du Pont de Nemours (1739-1817). « On l’a un peu oublié, mais c’était un économiste important, à la vie très romanesque, plaide M. Bouchard, avocat de profession. Ses amis, les Mirabeau, vivaient non loin. C’est auprès d’eux qu’il acquit le Domaine du Bois-des-Fossés, ainsi que Pierre Samuel appelait ce qui est aujourd’hui notre propriété. »

Du Pont, Bois-des-fossés… Des noms qui préfigurent son destin en dents de scie, à cheval entre les classes, les siècles et les pays. Comme ses modèles, Beaumarchais et Rousseau, Pierre Samuel est le fils d’un horloger protestant. Comme le premier, il grandit à Paris, se fait une place à Versailles, connaît l’exil et la prison. Comme le second, il apaise ses tourments au contact de la nature. Cependant, lui passera à la postérité non par son œuvre, mais grâce à ses héritiers.

Des découvertes qui révolutionnent le textile

En 1802, son fils aîné, Eleuthère Irénée, fonde une fabrique de poudre à canon au nord-est des Etats-Unis, dans le Delaware. C’est à cette société – orthographiée DuPont, sans espace – que la famille du Pont devra sa fortune. « Outre-Atlantique, leurs descendants ont érigé de somptueux châteaux d’inspiration française. Ils leur ont donné des noms exotiques : Nemours, Chevannes ou Bois-des-Fossés ! », s’amuse Jean-Bernard Bouchard.

Il vous reste 88.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page