Sports

« Ça remet l’OL à sa place »

Volontiers revanchard après une saison compliquée pour l’OL en Ligue 1, Jean-Michel Aulas ne boude pas son plaisir ce samedi soir après la qualification de son club pour les demi-finales de la Ligue des champions.

Ce n’est pas un secret, le président Aulas n’a toujours pas digéré l’arrêt brutal de la Ligue 1 face à la pandémie, reprochant à la Ligue de football professionnel (LFP) d’avoir stoppé l’OL dans sa quête d’un billet européen pour la saison prochaine. Battu par ailleurs en finale de la Coupe de la Ligue, Lyon n’a guère qu’une option désormais pour valider un ticket continental : remporter la C1. Et alors que les Gones viennent d’écarter successivement la Juventus et Manchester City pour rallier la deuxième demie de Ligue des champions de leur histoire (après celle de 2010), le patron rhodanien estime que son équipe, face à l’injustice, est enfin à sa place.

Jean-Michel Aulas : « C’est merveilleux, on a un groupe qui a su se transcender et se regrouper. Comme on avait de bons joueurs, seul le côté psychologique nous manquait. On savait que cette compétition arrivait au bon moment. On vit des moments fantastiques. C’est formidable d’avoir su enchaîner une qualification contre la Juventus, l’un des favoris, et contre Manchester City, qui vient d’éliminer le Real Madrid. City est une puissance fantastique, on sent bien que normalement cette équipe aurait dû passer, donc oui c’est un exploit mais aussi une sorte de résonance par rapport à tout ce qu’on a vécu ces derniers mois.

Les joueurs se sont emparés de cette injustice, cette septième place qui n’était pas européenne. On fait des résultats parce qu’il fallait battre cette équipe, trouver les ressources avec un excellent coaching pour faire en sorte d’aller marquer un deuxième but et un troisième. Ça nous remplit de joie. Je pense à nos supporters qui retrouvent la fierté. Quand on regarde le palmarès de l’OL, ça permet de remettre le club à sa place. Bravo à Rudi qui a su dans l’ombre rester l’instigateur de la culture de la gagne et de cette solidarité. Mais aussi bravo aux joueurs qui ont été magnifiques. On a eu une année terrible. On a mal démarré, on a été obligés de changer d’entraîneur très tôt mais il fallait le faire, puis on a eu ces blessures terribles (Depay et Reine-Adélaïde) qui ont mis nos meilleurs joueurs sur le flanc. On a su recruter et comme on retrouve aujourd’hui nos blessés, on a une équipe de talent. Au-delà du talent, il faut avoir un peu de réussite, il faut le reconnaître. C’est pour ça qu’il faut rester humble et savourer ce moment de joie et de sérénité. »

Rudi Garcia : « Je suis fier de mes troupes, on croyait en nous, on savait qu’on n’était pas favoris face à une grosse équipe de Manchester City mais on a quand même réussi à se qualifier en lui mettant trois buts. On a fait preuve d’un bel esprit collectif, tout le monde s’est défoncé, on a joué les uns pour les autres et les entrants nous ont fait du bien. Moussa (Dembélé, double buteur ce soir, ndlr) était déçu de pas débuter, je lui avais dit qu’il serait important à son entrée en jeu et le salut est venu du banc de touche. On a gagné la bataille tactique car on maitrise bien notre système. Maintenant, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin, il y a encore des étapes à franchir. Dès les huitièmes, on s’est dit qu’on ne se fixait plus de limites. La Juventus et Manchester City étaient capables de gagner la C1, le Bayern l’est aussi, et nous on est encore là. Savourons déjà cette qualification, on parlera de la demi-finale plus tard… »

Cornet : « Pas là par hasard »

Maxwel Cornet : « Ce sont des matches exceptionnels à jouer, ce n’est pas tous les jours qu’on joue un quart de finale de Ligue des champions. Ce qu’il faut retenir, c’est le gros travail de l’ensemble de l’équipe. Sur le but, je continue l’action car j’y crois, je prends ballon en une touche et ça me réussit, c’est cool. On ressent beaucoup de plaisir ce soir, beaucoup de fierté d’être à ce niveau. On joue contre les meilleurs joueurs du monde mais on n’est pas là par hasard, on a beaucoup travaillé pour ça et ça s’est vu ce soir. On avait de l’énergie, on a fait les efforts les uns pour les autres et ça a payé. Les critiques font partie du foot, l’important est de retourner la tendance. Personnellement, j’ai toujours tout donné et mouillé le maillot pour OL, c’est important je crois de tirer tous dans le même sens. Personne ne nous attendait à ce stade de la compétition, on roule notre bosse en toute humilité pour espérer ce genre de performance, il faut continuer comme ça. Le Bayern, on connaît la puissance offensive de cette équipe, on l’a vu face au Barça. Ce sera un match compliqué mais on va le jouer avec envie et il n’y a pas de raison que ça ne nous réussisse pas. »

Moussa Dembélé : « C’était un match compliqué contre une très grande équipe. Pour un joueur, il y a toujours une petite part de tristesse de commencer sur le banc, mais j’ai apporté ma pierre à l’édifice. On s’est fait la promesse de tout donner. L’état d’esprit du groupe a changé, on est encore là donc ça veut dire qu’on est une grande équipe. Depuis le début, on prend les matches les uns après les autres, ça ne sert à rien de se voir trop beaux trop vite. Maintenant on va bien préparer le match contre le Bayern Munich. »

Anthony Lopes : « C’est incroyable parce qu’on est clairement l’équipe surprise. Personne ne nous attendait à ce niveau-là. On a le droit de continuer à rêver, de croire qu’on peut le faire. Notre système nous a fait énormément bien en jouant à cinq derrière. On savait qu’on allait avoir des opportunités et qu’il fallait les mettre au fond. On est forcément heureux de battre un club contre Manchester City. On joue au football pour vivre de tels matches. Maintenant, on est en demies et il faut continuer notre petit bonhomme de chemin. On va tranquillement se reposer pour le Bayern Munich. »

Source : RMC Sport

Lire aussi:
L’OL tutoie les étoiles
Un dernier carré historique pour le foot français
Manchester City-OL, le film du match

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/12

    Choupo-Moting et Mbappé

    La joie des Parisiens !

  • 2/12

    Keylor Navas : 7

    Avant l’ouverture du score de Pasalic (27e), le portier du PSG a multiplié les parades de classe, face à Gomez (3e), Hateboer (10e) ou Caldara (12e). Touché en seconde période, il a en revanche tardé à laisser sa place à Sergio Rico (79e).

  • 3/12

    Thilo Kehrer : 6

    Ses quelques timides montées dans le couloir droit n’ont jamais réellement abouti. Défensivement cela dit, il n’a jamais pris le bouillon face aux déferlantes noires et bleues. Mieux, il a toujours plus participé au jeu au fil des minutes.

  • 4/12

    Thiago Silva : 5,5

    Très peu en vue en première période, il n’a pas failli mais a semblé parfois se cacher et fuir le jeu. Précieux dans les airs cependant.

  • 5/12

    Presnel Kimpembe : 6,5

    Dans l’axe de la défense, lui a été au combat. Parfois à ses dépens comme sur ce duel gagné par Zapata sur l’ouverture du score bergamasque (27e). Solide toutefois, il n’a jamais été pris à défaut en un contre un.

  • 6/12

    Juan Bernat : 6

    Rarement à son avantage aux avant-postes, il a néanmoins défendu proprement, ne se laissant jamais prendre dans son dos. A l’instar de Kehrer, il est sans conteste monté en régime en deuxième période.

  • 7/12

    Ander Herrera : 4

    Le choix tactique de Tuchel, scellé au détriment de Paredes, n’a pas eu l’effet escompté. Fantomatique, l’intéressé a évolué à contre-temps tout le match durant. Remplacé à la 71e minute par un Julian Draxler neutre (5).

  • 8/12

    Marquinhos : 5,5

    Parfois tiraillé entre son désir de bien défendre et sa volonté de participer à la construction du jeu parisien, il a peiné à trouver son rythme dans ce match. Moins saignant qu’à l’accoutumée, il a néanmoins surgi au bon moment dans la surface adverse pour arracher l’égalisation.

  • 9/12

    Idrissa Gueye : 6

    S’il est monté en puissance au cours du premier acte, il n’a pas su mettre le coup de collier supplémentaire pour sortir du lot après la pause. Remplacé à la 71e minute par un Leandro Paredes toujours aussi inspiré dans son jeu de passe (6).

  • 10/12

    Pablo Sarabia : 3

    Décevant tout au long de la partie, il n’a pas joué le rôle de piston qui lui était dévolu. L’Espagnol n’a assurément pas marqué des points ce soir. Remplacé dès la 60e minute par un Kylian Mbappé très en jambes et passeur décisif (7).

  • 11/12

    Mauro Icardi : 2

    Si ce n’est une bonne remise pour Neymar d’entrée de match (3e), l’Argentin n’a rien fait de bon dans cette rencontre. Pas même un appel correct. Remplacé à la 79e minute par Eric Maxim Choupo-Moting, le sauveur du PSG ce soir (8).

  • 12/12

    Neymar : 7

    Décisif sur les deux buts parisiens, il a sans nul doute été le titulaire le plus en vue et le plus constant. La réussite dans le dernier geste lui a cependant manqué tout le match durant. Avec de grosses occasions loupées à son passif.



Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page