Economie

McDonald’s poursuit son ex-patron pour avoir menti sur des liaisons avec des membres du personnel

L’ancien patron de McDonald’s, Steve Easterbrook, le 26 juillet 2017.

Le géant américain du fast-food McDonald’s a annoncé lundi 10 août poursuivre son ancien patron, Steve Easterbrook, renvoyé à la fin de 2019 pour une liaison avec un membre du personnel, pour récupérer ses indemnités de licenciement. Le groupe lui reproche d’avoir menti sur ses liaisons à l’époque au conseil d’administration.

McDonald’s avait contraint Steve Easterbrook à quitter l’entreprise en considérant qu’il avait commis une erreur de jugement en engageant une histoire certes « consentie » mais contraire aux règles internes.

Après avoir reçu des informations anonymes en juillet, les membres du conseil d’administration ont appris que M. Easterbrook leur avait menti en affirmant qu’il n’avait eu de liaison qu’avec une seule personne au sein de l’entreprise, et qu’elle s’était limitée à l’échange de messages et de vidéos.

Lire la chronique : La départ du patron de McDonald’s, confirmation du puritanisme anglo-saxon jusque dans l’économie

Près de 34 millions d’euros d’indemnités

L’entreprise affirme qu’il aurait eu des relations sexuelles avec trois autres membres du personnel dans l’année précédant son licenciement, qu’il aurait accordé des actions valant des centaines de milliers de dollars à l’une de ces personnes, et qu’il aurait détruit des preuves, détaille lundi un document transmis à l’autorité américaine des marchés financiers.

Le conseil d’administration n’aurait pas accordé d’indemnités « si M. Easterbrook avait été congédié pour faute » en novembre 2019 et cherche donc à les récupérer, ajoute le document. Selon le cabinet Equilar, l’ancien directeur général s’était alors vu attribuer l’équivalent d’un peu plus de 40 millions de dollars (près de 34 millions d’euros).

McDonald’s s’est assuré que l’ancien dirigeant ne puisse pas dans l’immédiat exercer ses droits liés à ses stock-options ou vendre des actions accordées au titre de sa rémunération. L’entreprise souhaite aussi des compensations financières pour les frais induits par la « mauvaise conduite » de M. Easterbrook.

Dans une lettre adressée aux salariés lors de son licenciement, M. Easterbrook avait reconnu lui-même avoir commis « une erreur ». Il avait été remplacé immédiatement par Chris Kempczinski.

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page