Economie

Le secteur du jeu vidéo en pleine euphorie

Un employé de Nintendo dans une nouvelle boutique de la marque à Tokyo (Japon), le 19 novembre 2019.

On savait que le secteur des jeux vidéos avait profité de la crise liée à l’épidémie de Covid. Les derniers résultats des géants de l’industrie ont confirmé ce constat à l’image du Japonais Nintendo, qui a publié jeudi 6 août un bénéfice net de 106,5 milliards de yens (849 millions d’euros) pendant la période avril-juin, soit 6,4 fois de plus que l’année précédente sur la même période. Le chiffre d’affaires de l’entreprise a, quant à lui, plus que doublé à 358,1 milliards de yens (2,86 milliards d’euros) malgré la crise sanitaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : portée par le confinement, l’industrie du jeu vidéo en pleine euphorie

La veille, l’éditeur Activision Blizzard, qui compte à son catalogue des titres à succès tels que « Call of Duty » ou « Candy Crush » (via l’éditeur King racheté en 2015), avait fait état d’un chiffre d’affaires trimestriel en progression de 38 % sur un an, à 2 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros), pour un bénéfice net de 580 millions de dollars (490 millions d’euros), contre 328 l’année passée. La société américaine en a profité pour revoir à la hausse ses prévisions pour l’année fiscale 2020, avec des revenus anticipés à 7,3 milliards de dollars (6,1 milliards d’euros), contre 6,8 milliards annoncés en mai.

Elixir anti-confinement

Les bons résultats annoncés par Sony en début de semaine sont également portés par les succès de sa branche jeux vidéo dont les ventes ont progressé de 32,5 % entre avril et juin, à 3,66 milliards d’euros. Enfin, Ubisoft, fragilisé par le départ de dirigeants à la suite de témoignages de harcèlement sexuel, a terminé le premier trimestre de son exercice 2020-2021 avec une progression de 17,6 % de son chiffre d’affaires, à 427,3 millions d’euros. « Nous avons réalisé un premier trimestre record et nettement supérieur à nos attentes », s’est félicité, le 22 juillet, le directeur financier du groupe, Frédérick Duguet.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Entre course aux clochettes et spéculation sur les navets, « Animal Crossing », le grand jeu du confinement

Le succès du secteur est notamment porté par la réussite de quelques titres, à commencer par « Animal Crossing » sur Nintendo, qui a semblé jouer pour beaucoup le rôle d’élixir anticonfinement. Le titre a dépassé les 10 millions de ventes en trois mois, pour atteindre les 22 millions d’unités vendues depuis son lancement en mars. Tout laisse à penser que le jeu pourrait rapidement détrôner « Mario Kart 8 », jusque-là le jeu le plus vendu sur la console Switch − avec un peu moins de 27 millions d’unités écoulées.

« Toutes les populations ont été touchées, que ce soit les hommes ou les femmes, les jeunes ou les plus âgés. Le jeu vidéo s’est beaucoup plus répandu qu’il ne l’aurait fait en temps ordinaire », Charles Louis Planade, analyste

Il vous reste 48.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page