Auto-Moto

Essai Volkswagen T-Roc Cabriolet TSi 150 DSG7 (2020) : bain (gnoire) de soleil


Tous les goûts sont dans la nature et il en faut pour tous les goûts. Jamais l’offre de modèles n’a été aussi diversifiée. La preuve. On est en droit de ne pas aimer l’esthétique de ce « Suve » cabriolet. Plutôt élégant capoté, il ressemble à une grande baignoire une fois déshabillé, avec une ceinture de caisse trop haut perché et trop cubique. Ce qui était le cas de son homologue britannique. Un cabriolet se doit d’être bas et racé… Mais qu’importe le flacon. Depuis l’abandon de la Golf Cabriolet, ce T-Roc représente l’unique offre décapotable de Volkswagen. Contrairement aux versions « berlines », fabriquées au Portugal, ce T-Roc Cab est produit en Allemagne, à Osnabrück, site où furent montés les Karmann et Golf Cabriolet et où est également assemblé la Porsche 718 Cayman. Une fois à bord on se trouve parfaitement installé et la seule petite déception provient de la planche de bord dont les plastiques durs sont, comme sur la version fermée, de qualité très quelconque. Et le placage bleu métallisé, assorti à la teinte de la carrosserie de notre modèle d’essai, ne sauve pas la mise.
Dès les premiers mètres, ce T-Roc séduit, une fois de plus, par son agrément de conduite. Outre des commandes douces et précises, le 1.5 TFSi 150 ch s’accorde à merveille avec l’excellente boîte robotisée à double embrayage DSG7. Une mécanique qui, si elle ne s’avère pas particulièrement sportive « dans les tours », offre un remarquable agrément en conduite normale. La DSG associant douceur et réactivité, notamment en mode « sport ».

Le châssis assure quant à lui une parfaite rigidité

Côté consommation, nous avons relevé une moyenne de 8,3 litres de SSP aux 100 km (ordinateur), avec un maximum de 11 litres en conduite très soutenue. Dérivé de celui de la Golf 7, le châssis assure quant à lui une parfaite rigidité, même décapoté, tout en se révélant étonnamment dynamique en conduite sportive. Cerise sur le gâteau, l’amortissement piloté optionnel offre un très bon confort, sauf en mode sport où il se dégrade drastiquement, et ne présente aucun intérêt particulier, sauf sur un billard… Un bilan d’autant plus méritoire que notre version d’essai était chaussée de jantes de 18’’. Un confort auquel participe une capote triple épaisseur de belle facture qui réclame moins de 10 secondes pour s’escamoter électriquement, jusqu’à 30 km/h. On profite alors pleinement d’une conduite cheveux au vent, comme dans un « vrai » cabriolet, sans aucune turbulence désagréable, et tout en bénéficiant d’un confort phonique tel qu’il permet de jouir de l’excellente sono Beats optionnelle. S’y ajoutent deux places arrière décentes et un coffre cubant 280 litres, extensible par le biais de dossiers rabattables 50/50. De quoi pouvoir partir à 4 pour un petit week-end alliant héliothérapie et… balnéothérapie !
Reste à parler tarif. Si les 38 600 € demandés pour cette version peuvent paraître conséquents, ce T-Roc demeure seul sur son segment, à moins de compter la plus rustique Jeep Wrangler, nettement plus puissante et onéreuse. La version d’entrée de gamme, 3-cylindres 1.0 litre de 115 ch, abaisse quant à elle le ticket d’entrée à 34 600 €. Les seuls autres cabriolet 4-places compacts du marché, Audi A3 Cabriolet et BMW Série 2 Cabriolet, sont proposés à des tarifs sensiblement équivalents.

Verdict et avis
Unique en son genre, ce T-Roc Cabriolet associe agrément de conduite, confort et habitabilité tout en offrant à ses quatre passagers le plaisir de voyager cheveux au vent. Reste une esthétique clivante.

Acheter

Volkswagen T-Roc Cabriolet TSi 150 DSG7
Version essayée : 38 600 €
À partir de : 38 600 € (Style)

Conso moyenne constructeur/durant l’essai (l/100 km) : 6,8/8,3
CO2/malus : 154 g/450 €
Puissance fiscale : 8
Pays de fabrication : Allemagne

GAMME PROPOSEE
Essence
 : de 115 à 150 ch, de 34 600 à 42 900 €

 Conduire

Moteur : 4-cylindres, 16 soupapes, turbo, injection directe essence, distribution variable, FAP, Stop & Start, 1 498 cm3
Transmission : traction, robotisée double embrayage 7 vitesses
Puissance (ch à tr/min) : 150 ch à 6 000 tr/min
Couple (Nm à tr/min) : 250 Nm à 1 500 tr/min
Poids (kg) : 1 540
Long.xlarg.xhaut. (m) : 4,27×1,81×1,52
Empattement (m) : 2,63
Réservoir (l) : 50
Vitesse maxi (km/h) : 205 km/h
0-100 km/h : 9’’6
Pneus de série : 205/55 R17
Pneus de l’essai : Bridgestone Turenza T001(215/50 R 18)

Vivre

Largeur aux coudes AV/AR (cm) : 151/117
Espace jambes AR (cm) : 65
Coffre : 280 litres

OPTIONS CONSEILLÉES

  • Amortissement piloté + direction à assistance variable (1 500 €)
  • Front Assist + régulation auto. de la distance + régulateur de vitesse + rétro. Electriques chauffants (585 €)
  • Jantes alu 18/19’’ (1 075 à 1 380 €)
  • Roue galette (190 €)
  • Hi-Fi Beats (620 €)

Principales concurrentes

Audi A3 Cabriolet 35 TFSi, 150 ch, à partir de 34
BMW Série 2 Cabriolet 218i, 136 ch, à partir de 37 650 €
Mini Cooper Cabriolet, 136 ch, à partir de 28 100 €

On aime

  • Agrément de conduite
  • Agrément moteur-boîte
  • Comportement dynamique
  • Confort
  • Cabriolet 4-places

On aime moins

A lire/àvoir aussi sur auto-moto.com :

Essai Volkswagen T-Roc

Essai Range-Rover Evoque Cabriolet

Audi A3 Cabriolet en balade à Madère

40 cabriolets d’occasion de 1 800 à 10 000 €


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page