Economie

Après TikTok, les Etats-Unis s’attaquent à WeChat, l’application la plus utilisée en Chine

Une personne scanne le code QR des services de paiement numérique WeChat Pay sur un marché à Pékin,  le 8 août.

Les dernières mesures américaines coûtent déjà cher à la Chine : l’interdiction faite aux entreprises américaines de commercer avec les propriétaires des applications TikTok et WeChat a fait perdre 75 milliards de dollars (63,6 milliards d’euros) aux entreprises chinoises de la technologie à la Bourse de Hongkong. Tencent, le propriétaire de la messagerie WeChat, 7capitalisation boursière mondiale juste devant Facebook, a perdu 5 %, soit 35 milliards de dollars de valeur. ByteDance, maison mère de TikTok, n’est pas coté, mais d’autres valeurs chinoises, comme le géant du commerce électronique Alibaba, ont reculé par ricochet. Dans la journée de vendredi, une autre série de sanctions s’est abattue, cette fois sur onze dirigeants de Hongkong, à la fois Hongkongais et Chinois, visés par le Trésor américain pour leur responsabilité dans le recul actuel des libertés publiques sur le territoire.

Le président Donald Trump a signé jeudi un décret interdisant, d’ici à quarante-cinq jours, toute transaction menée par « des personnes sous juridiction américaine » avec ByteDance, la maison mère chinoise de TikTok, et « pour toute transaction liée à WeChat… avec Tencent ou une de ses filiales ». Si l’attaque contre TikTok était annoncée depuis des semaines, les Etats-Unis font monter la pression sur Pékin en ciblant WeChat, qui revendique plus d’un milliard d’usagers. TikTok est beaucoup plus populaire hors de Chine, mais WeChat, ou « Weixin » en chinois, est essentiel dans la vie quotidienne des habitants du pays : l’application permet de discuter, de partager des contenus, de payer des achats, en ligne ou dans les magasins physiques, ou, grâce à une multitude de programmes partenaires, de payer ses factures, de réserver un taxi, un train ou un hôtel… De plus en plus, l’application est utilisée par les marques pour la vente en ligne. Pour la diaspora chinoise, WeChat est le moyen incontournable pour communiquer avec la famille en Chine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi TikTok, nouvelle victime de la dégradation des relations entre Washington et Pékin

Alors que le président républicain a invoqué une « urgence nationale », accusant les deux applications d’espionner leurs utilisateurs américains pour le compte de Pékin, la Chine a réagi en dénonçant des « pratiques hégémoniques ». « Les Etats-Unis mènent une manipulation et une répression politiques arbitraires, ce qui ne pourra déboucher que sur leur propre déclin moral et sur une atteinte à leur image, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Wang Wenbin. De fait, la Chine dispose de peu d’arguments pour s’en prendre aux Etats-Unis sur ce sujet puisqu’elle censure les principaux sites et applications américains depuis une dizaine d’années : Google, Facebook, YouTube, Twitter, et les sites des principaux médias sont inaccessibles en Chine.

Il vous reste 61.92% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page