Auto-Moto

Un nouveau “cri” pour la Porsche 911 RSR ?

La Porsche 911 RSR est autant réputée pour ses performances au sein des deux plus grandes compétitions d’endurance de la planète – le championnat du monde de la discipline (WEC) et la série nord-américaine IMSA – que pour la sonorité hors du commun, pour ne pas dire déchirante de son flat-6 atmosphérique.

Chacune de ses évolutions secoue d’ailleurs une large communauté de fans, plus inquiets de l’altération de cette signature auditive que de l’éventuelle amélioration de ses résultats en course.

Selon Sportscar365.com, un nouvel échappement de la GTE de Weissach serait justement à l’étude. Une information révélée par une récente video postée par le youtubeur MattyB727, tournée en bord de piste du circuit de Monza, puis confirmée à nos confrères du site britannique par le patron du programme GT Porsche lui-même, Pascal Zurlinden.

Après avoir opté, à l’aube de la présente saison 2019/2020 du WEC, pour de bourdonnantes sorties latérales, émergeant en avant des roues arrière, la RSR-19 a été aperçue en essais privés, de nouveau dotée d’un système plus classique, évacuant les gaz brûlés à la poupe de la voiture. Le but, mieux maîtriser son volume sonore.

Photo : DR

« La réglementation est toujours plus contraignante à l’égard des circuits, » indique le directeur de l’équipe allemande. « Dans l’optique de vendre nos voitures-clients, nous voulons nous assurer que leurs acquéreurs auront la possibilité de les faire rouler sur le plus grand nombre de tracés possible lors de séances d’essais traditionnelles, sans autorisation spéciale. » précise l’ingénieur français.

Le nouveau dispositif permettrait vraisemblablement de mieux ralentir les gaz entre le moteur, implanté en position centrale arrière, et l’extrémité de la tubulure.

L’adoption en course de ce nouvel échappement n’a pas encore été confirmée et ne devrait pas intervenir avant la manche d’ouverture de la saison 2021 du WEC. En attendant, chacun pourra se faire un avis en tendant l’oreille à la video évoquée plus haut. Si vous voulez notre avis, le 6-cylindres 4.2 semble effectivement chanter moins fort, mais retrouve certaines des notes aigües disparues avec l’apparition des sorties latérales aujourd’hui homologuées.

Car ce n’est pas la première fois que la RSR revoie sa copie sur ce point précis. La précédente mouture, la première à voir son bloc installé devant la boîte de vitesses, contrairement ce que suggère l’architecture classique d’une 911, apparaît aux 24 Heures de Daytona début 2017, équipée de sorties émergeant de part et d’autre du diffuseur.

Photo : DR

Mais dès ces premières courses du championnat IMSA, l’équipe s’aperçoit que de la gomme s’accumule sur l’échappement, au point, dans le pire des cas, de provoquer un début d’incendie.

La RSR-17, encore en activité aujourd’hui sous la bannière d’écuries privées, débarque alors au Mans, seulement quelques semaines plus tard, affublée de deux nouvelles sorties jumelées surplombant l’extracteur. Une solution qui scelle définitivement l’aura acoustique de la GTE germanique de chaque côté de l’Atlantique tant son timbre, métallique et suraigu, tranche avec l’anonyme sifflement de ses rivales ayant pour la plupart cédé à la suralimentation.

Photo : DR

Les propos de Pascal Zurlinden ne sont donc pas surprenants quand il affirme qu’il est “assez simple” de passer d’un design à l’autre, ses hommes étant rompus à l’exercice. Il ne s’inquiète pas non plus se son éventuelle incidence sur le poids ou la puissance de la voiture puisque ces caractéristiques se trouvent régulièrement réajustées par la polémique balance de performances, de rigueur en GT (BoP).

Plus d’endurance que auto-moto.com :

WEC – Aston Martin : le programme Le Mans Hypercar en suspens

WEC – Rebellion cale, Peugeot insiste

Endurance : les LMDh et Le Mans Hypercar se précisent


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page