Economie

Mediapro verse 172 millions d’euros à la Ligue de football française

Qu’ils soient à la plage ou à la montagne, les vingt présidents de club de football français ont poussé un soupir de soulagement. Jeudi 6 août, Mediapro s’est acquitté avec vingt-quatre heures d’avance sur l’échéance, de la première facture des droits télévisés pour la nouvelle saison. L’espagnol a versé 172 millions d’euros TTC, soit 145 millions d’euros hors taxes, à la Ligue de football professionnel (LFP).

Depuis mai 2018, date à laquelle Mediapro avait emporté l’appel d’offres pour la diffusion du championnat de France de football, certains doutaient de son sérieux, qui a fait flamber la facture. Chaque année, jusqu’en 2024, l’entreprise a promis de verser aux clubs professionnels 780 millions d’euros. En incluant Canal+ et Free, qui ont également signé leur premier chèque, ces derniers vont toucher 1,15 milliard d’euros. « Il y a peut-être eu une erreur de la LFP, c’est de ne pas demander 5 % du paiement au départ, comme cela se fait ailleurs. Mais moi, j’ai toujours dit qu’il fallait faire confiance à Mediapro, qui jouit d’une très bonne réputation en Espagne », analyse Bernard Caiazzo, le président de l’AS Saint-Etienne.

« Rejoindre les grandes ligues »

Mediapro a longtemps nourri les inquiétudes des sceptiques, tardant à faire avancer son projet. Mais, ces dernières semaines, tout s’est accéléré : il a signé des accords, d’abord avec TF1 pour l’utilisation de la marque Téléfoot, qui sera le nom de la chaîne lancée le 17 août. Puis avec Altice. Téléfoot codiffusera la Ligue des champions au côté de RMC Sport et sera distribué par SFR ces quatre prochaines années. Selon nos informations, l’espagnol a dû renoncer aux minimum garantis. Ce premier « deal » pourrait encourager Orange, Bouygues Telecom ou Free à signer également.

Lire aussi Droits du foot : Jaume Roures, le fondateur de Mediapro, s’explique sur l’alliance avec Altice

Enfin, le groupe de Jaume Roures a annoncé une offre couplée avec Netflix pour 29,90 euros par mois. « Tout cela est très positif », salue Bernard Caiazzo. « L’idée de Netflix est très créative, et peut avoir un impact très fort, se félicite Jacques-Henri Eyraud, le président de l’Olympique de Marseille. Il faut être conscient que Mediapro, qui va accroître les droits télé de 60 % entre 2020 et 2024, permet à la Ligue 1 de rejoindre les grandes ligues européennes, au côté de l’Italie, de l’Espagne et de l’Allemagne en matière de droits domestiques. »

L’actuelle présidente de la LFP, Nathalie Boy de la Tour, a annoncé qu’elle ne se représenterait pas à un prochain mandat

Il vous reste 49.18% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page