Economie

En pleine crise du Covid-19, le déficit commercial se creuse fortement au deuxième trimestre

C’est l’une des répercussions économiques de la crise sanitaire du Covid-19. Le déficit commercial de la France s’est fortement creusé au deuxième trimestre 2020, les exportations étant en chute plus marquée que les importations, a annoncé vendredi 7 août la direction générale des douanes.

Le déficit commercial a atteint 20,4 milliards d’euros au deuxième trimestre, soit 6,9 milliards de plus qu’au premier trimestre, après un mois de juin qui enregistre un déficit commercial mensuel record de 8 milliards d’euros, ont rapporté les Douanes dans un communiqué.

Ce déficit commercial trimestriel est proche du niveau record connu au premier trimestre de l’année 2011, où les importations étaient supérieures aux exportations à hauteur de 20,5 milliards d’euros. « En juin 2020, la reprise des échanges entamée en mai se poursuit. Le redressement des importations étant un peu supérieur à celui des exportations, le déficit continue de s’accroître pour atteindre un nouveau record mensuel », remarque le communiqué.

Au total, sur le premier semestre, le déficit commercial de la France s’est creusé et s’établit à 34 milliards d’euros, contre 29 milliards d’euros sur les six premiers mois de 2019.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La France réduit son déficit commercial

Le secteur des transports particulièrement touché

Au cours du deuxième trimestre, les exportations ont dégringolé de 28,9 %, après une baisse de 7,3 % au premier trimestre, et les importations ont chuté de 20,7 % sur la même période, après une baisse de 6,4 % entre janvier et mars.

Les Douanes notent que « près de la moitié de la baisse des exportations s’explique par la chute dans le secteur des transports (- 59,9 %) ». Les exportations de produits aéronautiques et spatiaux continuent de s’effondrer (- 64,2 % au 2trimestre) et celles d’automobiles, d’équipements et de bateaux participent également de cette contraction.

Le déficit énergétique s’est réduit de 3,9 milliards d’euros, conséquence positive de la chute des prix du pétrole et de la « baisse des besoins en approvisionnements pétroliers ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après une chute historique, l’emploi salarié a limité la casse au deuxième trimestre

Poursuite des exportations en juin

Sur le seul mois de juin, les importations continuent leur reprise et augmentent de 5,2 milliards d’euros, après une hausse de 6,5 milliards en mai. Et les exportations progressent de 4,7 milliards d’euros, après un rebond de 4,0 milliards en mai, mais elles « se situent encore 25 % en dessous du niveau atteint en 2019 », précise les Douanes.

Le solde en biens de consommation, toujours déficitaire, a cessé de se creuser, et les importations ont retrouvé leur niveau d’avant la crise du Covid-19. En ce qui concerne la balance des paiements, le déficit des transactions courantes s’est dégradé en mai de 10,7 milliards d’euros à 22,2 milliards, a précisé pour sa part la Banque de France.

Lire aussi L’économie française s’est effondrée au deuxième trimestre

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page