Economie

la solution de jeu en nuage de Microsoft disponible le 15 septembre

Plus besoin de posséder une console ou un PC pour jouer, même s’il faut toujours une manette.

Cela fait des années que le jeu vidéo cherche un service de streaming qui proposerait le même modèle économique (un abonnement fixe mensuel, sans frais supplémentaires pour jouer à des jeux), la même richesse de titres et la même façon de les consommer que la plate-forme Netflix. Trois critères, trois conditions, qu’aucun des prétendants à ce titre n’a su jusqu’ici remplir.

Microsoft, avec l’évolution de son offre de Xbox Game Pass Ultimate annoncée mardi 4 août, pourrait y parvenir. Jusqu’ici, cet abonnement de 13 euros par mois permettait d’accéder à un catalogue d’une centaine de jeux : une sélection régulièrement renouvelée de titres récents (Red Dead Redemption II, le plus gros blockbuster de 2019, y figure) et d’autres plus anciens. On y trouve aussi l’intégralité des jeux développés par les studios Xbox Game, tels que les populaires séries Halo, Forza ou Minecraft. Mais pour y jouer, il fallait encore les télécharger et les installer sur une machine coûtant, au mieux, plusieurs centaines d’euros, tels une console Xbox One ou un PC équipé d’une carte graphique puissante.

A partir du 15 septembre, avec le même abonnement Xbox Game Pass Ultimate, il sera désormais possible de jouer sans disposer des machines en question, directement en streaming, depuis les serveurs distants de Microsoft, sur son smartphone ou sa tablette Android connectés en haut débit ou en 4G. Ne restera plus qu’à s’équiper d’une manette Xbox, soit le modèle classique déjà connu des propriétaires de Xbox One, soit un des différents modèles plus adaptés à l’usage nomade annoncé par Microsoft.

L’offre sera réservée, du moins dans un premier temps, à vingt-deux pays, dont la France, la Suisse et la Belgique. Microsoft n’a, par ailleurs, pas communiqué sur l’éventuelle possibilité de streamer, dans le futur, sur d’autres catégories d’écrans (smartphones et tablettes Apple, télévisions connectées, ordinateurs portables ou ordinateurs de bureau…).

Deux offres concurrentes déjà disponibles

L’offre de Microsoft vient concurrencer deux propositions comparables : celle de Google avec Stadia et celle de Nvidia avec GeForce Now. Mais ces deux offres ne remplissent pas les trois critères d’un « Netflix du jeu vidéo ». Le service Stadia offre ainsi le streaming, en permettant de jouer sur n’importe quel écran connecté (y compris, et contrairement à Xbox Game Pass, depuis un ordinateur), mais il ne donne accès qu’à une sélection de jeux assez restreinte, qu’il faut acheter ensuite un par un et au prix fort. Le service est gratuit – s’il existe une version à 10 euros par mois, elle ne donne accès qu’à quatre ou cinq jeux par mois.

Lire aussi notre test : Google Stadia, une offre de jeux en streaming trop restrictive pour convaincre

Même chose chez Nvidia, dont le service GeForce Now propose une autre option. GeForce Now ne propose aucun jeu. On ne peut, en effet, s’en servir que pour streamer ses propres jeux, déjà achetés ailleurs, comme par exemple sur Steam. Tous ne sont d’ailleurs pas forcément compatibles avec l’offre de Nvidia. Le service présente l’avantage d’être gratuit dans sa formule la plus simple, mais impose des limites de qualité et d’utilisation (impossible de jouer plus d’une heure d’affilée), qui ne sautent que si on paye l’abonnement à 5,50 euros par mois.

Dans l’ombre des américains Microsoft, Google et Nvidia, la start-up française Blade entend proposer une solution plus large que le simple streaming de jeu vidéo, en permettant de se connecter, à distance, à un PC dernier cri. Avec son service Shadow, décliné en trois abonnements, c’est à un bureau sous Windows 10 auquel on a accès, avec la possibilité d’y installer tous les jeux et tous les programmes que l’on possède par ailleurs. Problème : le service a du retard à l’allumage. A cette heure, on ne peut précommander que l’offre de base à 15 euros (disponible en décembre). Blade a annoncé, le 30 juillet, que les deux offres plus luxueuses étaient désormais attendues pour 2021.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page