Economie

France 4 obtient un sursis, France Ô va fermer

Après avoir entretenu le suspense pendant des mois, le gouvernement a finalement tranché à propos de l’avenir de France 4 et de France Ô, les deux chaînes du service public qui devaient cesser d’émettre le dimanche 9 août. Finalement, la chaîne jeunesse, qui a attiré un million d’enfants chaque jour pendant le confinement, a sauvé sa peau pour un an.

Lire aussi Lumni, Radio France, Arte… des contenus à foison pour faire classe à la maison

Le ministère de la culture a indiqué, mardi 4 août, repousser sa fermeture à 2021, de façon à « assurer la transition nécessaire à la montée en puissance d’Okoo et de Lumni », les plates-formes numériques du groupe de service public. Ce délai doit également donner le temps à France Télévisions de peaufiner le transfert des contenus jeunesse, notamment vers France 5, a indiqué le ministère.

Par ailleurs, la Rue de Valois a également mis en avant le « contexte sanitaire incertain » qui rend nécessaire le maintien de la chaîne. Comprendre : si la France devait être reconfinée, France 4 pourrait de nouveau proposer des programmes scolaires pendant la journée. A la rentrée, la chaîne poursuivra sa mission éducative en proposant notamment des émissions d’aide aux devoirs, tandis qu’un rendez-vous en lien avec les programmes scolaires (documentaire, cinéma, fiction) sera proposé à la sortie de l’école.

Douche froide

Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, qui avait plaidé pour le maintien de la chaîne, se satisfait-elle de cette décision ? Au sein du groupe, on fait contre mauvaise fortune bon cœur. Un an, cela permet de changer les réflexes des enfants, qui se tournent aujourd’hui plus naturellement vers YouTube ou Netflix, que vers les toutes jeunes Lumni ou Okoo, lancées fin 2019. Chez les professionnels en revanche, c’est la douche froide. « Le service de la chaîne a été remarquable pendant la crise ; ce diagnostic de Roselyne Bachelot n’est-il valable que douze mois ? Incompréhensible ! », s’est insurgé sur Twitter Patrick Raude, secrétaire général de la SACD, la société de gestion collective qui défend les auteurs.

Lire aussi Quels pays, villes ou régions rétablissent un confinement pour endiguer la pandémie ?

France Ô, en revanche, tirera définitivement le rideau le 23 août. « Je regrette profondément [cette décision]. Je maintiens que France O est nécessaire pour le lien Hexagone/outremer », s’est désolée la députée martiniquaise LRM, Maud Petit, élue dans le Val-de-Marne. Chez France Télévisions, on rappelle que le groupe a pris des engagements en 2019, afin de donner plus de visibilité aux contenus ultramarins sur les autres antennes. Ces engagements font d’ailleurs l’objet d’un comité de suivi, composé de membres du ministère de la culture, de l’outre-mer, de parlementaires et du CSA.

Depuis un an, des contenus dédiés dans tous les domaines ont fait leur apparition sur France 2 et France 3. L’actualité de l’outre-mer fait par exemple l’objet de sujets spécifiques dans les journaux d’information des chaînes. Tournée en Guadeloupe, la série Tropiques Criminels, diffusée sur France 2, va faire l’objet d’une deuxième saison. Un portail dédié à l’outre-mer a d’ailleurs été lancé début juin. En attendant, les trente salariés vont être reçus par la direction des ressources humaines afin d’envisager un reclassement.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page