Economie

Disney subit de lourdes pertes trimestrielles, mais voit son nombre d’abonnés gonfler

Disney a perdu 4,7 milliards de dollars pendant le trimestre écoulé, contre près de 2 milliards de bénéfice net il y a un an, à cause de la pandémie et notamment des parcs d’attraction fermés et des croisières à l’arrêt. Mais ses plateformes de streaming, dont Disney +, comptent désormais 100 millions d’abonnés payants, gagnés en partie grâce aux mesures de distanciation sociale.

« C’est une étape significative qui renforce notre stratégie des services directs au consommateur, que nous considérons comme clef à la croissance future de notre entreprise », a déclaré mardi 4 août Bob Chapek, le patron du groupe américain.

Disney +, lancé en novembre 2019 avec des nouveautés et un catalogue impressionnant de films, séries et programmes télé, a atteint les 57,5 millions d’abonnés fin juin.

Lire aussi Disney+ est désormais disponible en France, mais avec un catalogue beaucoup moins riche et récent qu’aux Etats-Unis

Charge de 3,5 milliards pour les pertes liées à la pandémie

Le titre Disney s’appréciait de plus de 5 % lors des échanges électroniques après la fermeture de la Bourse, malgré un chiffre d’affaires diminué de moitié en un an, à 11,8 milliards de dollars, un résultat inférieur aux attentes du marché.

Son résultat par action est ressorti à – 2,61 dollars, mais il est positif dans un calcul ajusté, à 8 cents par action, en prenant en compte une charge de 3,5 milliards de dollars pour les pertes liées à la pandémie. Cette charge correspond à l’impact négatif sur les activités physiques, comme les parcs d’attraction, les hôtels et les croisières.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Majors ou confidentielles, les plates-formes de streaming profitent du confinement

Dans les autres secteurs, les pertes de revenus sont en partie compensées par la baisse des coûts de production, les tournages et voyages étant à l’arrêt.

Bob Chapek s’est félicité du succès des plateformes de streaming (Disney +, ESPN + et Hulu) et de la réouverture de certains parcs, notamment à Shanghai, à Paris et en Floride. Il s’est déclaré « aussi optimiste que possible » lors de la conférence téléphonique aux analystes.

Lire aussi Disney joue un tour infernal à ses intermittents du spectacle

« Mulan » directement en streaming

Le groupe a également décidé mardi de sortir le film Mulan, blockbuster très attendu, en streaming en septembre, sans passer par les salles, comme le veut la tradition. La sortie de la version en prise de vue réelle du célèbre dessin animé avait déjà été repoussée à trois reprises, les salles de cinéma américaines restant fermées à cause de la propagation du nouveau coronavirus dans le pays.

Mulan sera à la place disponible pour les abonnés de la plateforme Disney+ à partir du 4 septembre, à condition de débourser 29,99 dollars supplémentaires. Cette décision a été qualifiée « d’unique » par le PDG de Disney, Bob Chapek.

Le film sortira tout de même en salle dans certains pays où le service de streaming n’est pas encore proposé, comme en Chine. Sa production a coûté environ 200 millions de dollars.

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page