Politiques

à Marseille, la perspective d’un reconfinement inquiète

Dans son dernier avis rendu au gouvernement, le Conseil scientifique évoque une seconde vague épidémique “hautement probable” cet automne et préconise de préparer un plan de confinement local. À Marseille, une reprise de l’épidémie est visible et l’idée d’un reconfinement inquiète commerçants et habitants.

À Marseille l’idée d’un retour en arrière, d’être à nouveau confiné chez soi comme au printemps dernier, est loin de faire sourire. Philippe tient un stand sur un marché du centre ville. “Ce n’est pas bon pour le moral, reconnaît-il. Ça mettrait en danger notre activité professionnelle”. Pour Akli qui travaille au café, juste à côté, c’est la même angoisse. “C’est une catastrophe. On a déjà perdu du chiffre d’affaires”, s’alarme-t-il.

Dans son dernier avis remis au gouvernement le 27 juillet 2020, et rendu public le 4 août, le Conseil scientifique juge préoccupante la situation actuelle de notre pays et lance avertissement : il est “hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou l’hiver”, indique-t-il. “Le virus circule de façon plus active, avec une perte accentuée des mesures de distanciation et des mesures barrières”, explique le document (PDF). Les experts qui guident le gouvernement pendant la pandémie de coronavirus, préconisent de préparer un plan de confinement local plus au moins important, en fonction de l’épidémie. Il concernerait notamment les grandes métropoles comme Marseille.

Dans la ville, il n’y a pas que les commerçants qui gardent un mauvais souvenir du confinement et redoutent la perspective d’un reconfinement. “Chacun a besoin de son moment de sortir, de s’aérer. Et ces moments-là, on ne les avaient plus, se souvient Hadile, une maman. On ne donne pas la liberté aux gens comme ça et on les remet limite en cage”, s’inquiète-t-elle. Pourtant, pour Stanislas Rebaudet, infectiologue à l’Hôpital européen de Marseille, un reconfinement est possible parce que la reprise de l’épidémie est bien visible. 

Les gens se remettent à se serrer la main, à s’embrasser.Stanislas Rebaudet, infectiologue à l’Hôpital européen de Marseilleà franceinfo

Pour Stanislas Rebaudet, cette reprise s’explique par l’abandon des gestes barrières. “Le respect de la règle du mètre de distance est en chute libre”, observe l’infectiologue.“Les gens se remettent à se serrer la main, à s’embrasser et c’est quelque chose qu’on observe dans notre vie quotidienne, peut-être encore davantage dans les régions du sud de la France. En tout cas, moi c’est clairement ce que j’observe dans mon entourage proche.” L’infectiologue incite donc les citoyens à respecter rigoureusement les gestes barrières pour éviter la solution du pire : un reconfinement avec toutes ses conséquences économiques et sociales.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer