Santé

Ce dispositif du MIT peut manipuler vos rêves


Le MIT avancerait-il vers le contrôle des rêves ? Son nouveau dispositif, Dormio, permet de guider les rêves. Une manière prometteuse d’améliorer la créativité et, peut-être, l’apprentissage.

Qui n’a jamais rêvé de contrôler… ses rêves, justement ? Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) vient de développer une nouvelle méthode allant dans ce sens. Leur dernière étude, parue dans Consciousness and Cognition, détaille le « Targeted dream incubation ». Soit l’incubation de rêve ciblée. Il s’agit d’un protocole permettant de guider les rêves, grâce à une application couplée à un capteur de suivi du sommeil.

Cette technologie, nommée Dormio, répète des signaux audio à des moments précis du stade le plus précoce du sommeil – l’hypnagogie – afin d’incorporer des informations au cœur des rêves. Une façon « d’augmenter l’errance mentale et de la rendre immersive »indique Adam Haar Horowitz, coauteur de l’étude. Cela provoquerait l’impression d’être « poussé et tiré par de nouvelles sensations, comme votre corps flottant et tombant, vos pensées s’inscrivant et devenant rapidement incontrôlables ».

Un mouton, deux moutons, trois moutons…

En effet, durant l’hypnagogie, nous sommes capables d’entendre des sons tout en partant dans le monde de Morphée. Cette caractéristique a permis aux chercheurs de guider les rêves, et d’utiliser ceux-ci pour enrichir la créativité des participants. « L’incubation des rêves est liée à des avantages de performance sur trois tests de créativitéprécise Adam Haar Horowitz, rêver sur un thème spécifique semble offrir des avantages après le sommeil ». Avantages d’autant plus intéressants qu’ils pourraient être induits de manière ciblée.

Les chercheurs suggèrent que ce dispositif pourrait, à terme, bénéficier à l’endormissement, à la qualité du sommeil, et à la consolidation de la mémoire. « La valeur potentielle de Dormio pour améliorer l’apprentissage et la créativité est littéralement époustouflante », se réjouit Robert Stickgold, coauteur de l’étude. D’autant plus que Dormio ainsi que les plateformes mobiles et en ligne qui y sont liées ont été partagés au travers de technologies open source.

Cela vous intéressera aussi

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page