Auto-Moto

Sébastien Ogier au départ en 2022 ?

L’association entre Toyota et Sébastien Ogier pourrait se poursuivre au-delà du championnat du monde des rallyes. En attendant la reprise du WRC, début septembre en Estonie, le natif de Gap s’est rendu à Cologne en Allemagne dans le fief du Toyota Gazoo Racing pour essayer le simulateur de la TS050 Hybrid, prototype LMP1 engagé en championnat du monde d’endurance (WEC). Un test qui devrait connaître une suite puisque le sextuple champion du monde des rallyes nourrit clairement l’ambition d’être un jour au départ des 24 Heures du Mans.

« Participer aux 24 Heures du Mans, c’est un de mes futurs rêves, a-t-il confié. C’est une bonne introduction à cela. C’est une super expérience d’avoir passé deux jours dans le vrai simulateur. J’ai pu découvrir la manière dont un proto d’endurance doit se piloter. L’avantage du simulateur est qu’il n’y a pas de conséquence dans le cas où on va chercher la limite. Au début, ce n’était pas facile, évidemment, car c’est très différent d’une voiture de rallye. Mais au fil des tours, j’ai réussi à hausser le rythme. Hormis le manque de G et le ressenti des blocages de roues, ce simulateur est très proche de la réalité. Quand on est pilote professionnel, on aime forcément relever un nouveau challenge. »

Inévitable comparaison avec Sébastien Loeb 

Le challenge des 24 Heures du Mans a été relevé il y a 15 ans par un autre rallyman français de grand talent, désormais nonuple champion du monde. En effet, Sébastien Loeb a participé deux fois à la classique mancelle, au volant de la Pescarolo C60 à moteur Judd, en parallèle de sa carrière en WRC. D’ailleurs, le dimanche 5 mai 2005, il avait marqué les esprits en remportant le rallye de Turquie avant de rejoindre à toute vitesse Le Mans en hélicoptère pour valider son engagement lors de la journée test. L’année suivante, Sébastien Loeb parvenait à grimper sur la deuxième marche du podium final en compagnie de Franck Montagny et Eric Hélary.

A l’instar de l’Alsacien, Sébastien Ogier ambitionne de courir au Mans dans une voiture en mesure de jouer la gagne. Le Toyota Gazoo Racing répond à ce critère. Initialement, le Gapençais avait prévu de prendre sa retraite du championnat du monde des rallyes au terme de l’exercice actuel. Néanmoins, il a récemment admis que l’actuelle crise du coronavirus, ayant pour effet de restreindre le calendrier 2020 de 13 à 8 manches, pourrait l’inciter à rouler une saison de plus au volant de la Yaris WRC. Dès lors, sa participation attendue aux 24 Heures du Mans serait effective en 2022. Double vainqueur sortant dans la Sarthe, le Toyota Gazoo Racing se prépare à l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation des prototypes « Hypercar », a priori prévue pour 2021.

Plus d’infos :

24h du Mans en septembre : nouveau programme, horaires, météo…

Endurance : les LMDh et Le Mans Hypercar se précisent

Voitures de Sébastien Ogier : la Toyota Yaris WRC rejoint ses modèles de compétition (Citroën, VW, Ford…)


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer