People

Léa Seydoux maman de Georges, 3 ans: “terrorisée” à l’accouchement, elle raconte


Le 18 janvier 2017, Léa Seydoux a donné naissance à son premier enfant, un petit garçon portant le prénom de Georges, fruit de son amour pour le mannequin André Meyer. Dans une interview croisée avec le psychiatre Christophe André, qui est aussi l’un de ses amis, pour le numéro d’août 2020 de Psychologies, l’actrice de 35 ans revient sur la naissance de son fils.

Celle que l’on retrouvera en novembre prochain dans le film The French Dispatch, de Wes Anderson, évoque les émotions ressenties, juste avant sa rencontre avec Georges. Elle a pleuré mais pas à cause des contractions. “Je n’ai pas peur de l’accouchement, mais de l’amour que je vais ressentir“, a-t-elle répondu à la sage-femme qui se trouvait à ses côtés, et qui tentait de la rassurer pendant l’accouchement. “J’étais terrorisée à l’idée de rencontrer la personne dont je savais que je l’aimerais plus que tout au monde, confie Léa Seydoux dans Psychologies. Et cet amour infini ne cesse de l’habiter depuis plus de trois ans : “L’amour que j’ai pour mon fils dépasse tout ce que j’ai pu connaître.” Si le rôle de maman est sans aucun doute le plus beau du monde, il n’est pas de tout repos et Léa Seydoux ne le cache pas. “Même si je trouve qu’être une mère est éreintant, difficile et très éprouvant ! Farnchement, certains jours je n’en peux plus !“, admet-elle, tout en riant.

Rien ne sert de courir après le modèle de la mère parfaite, il n’existe pas. Léa Seydoux y a renoncé “il y a longtemps“. “Des années en arrière, je me disais : ‘Quand je serai mère, je ne ferai pas ceci, je ne serai pas cela.’ Eh bien, si : je fais et je suis tout ça [rires]“, constate l’actrice française. Mais il est une valeur que la star de La vie d’Adèle a souhaité inculquer à son fils, celle de prendre conscience de la diversité du monde qui l’entoure. “J’ai toujours eu à coeur d’apprendre à mon fils à devenir autonome et à avoir confiance dans les autres. Je l’ai emmené partout très tôt, pour qu’il rencontre d’autres cultures, entende d’autres langues… Je suis contente de voir qu’il n’a pas peur des gens“, explique-t-elle. Et Georges n’a pas fini de parcours le monde avec une maman aussi demandée que la sienne.

L’intégralité de l’interview de Léa Seydoux est à retrouver dans le numéro d’août 2020 de Psychologies.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page