Economie

L’armée indienne prend possession de ses premiers Rafale

Un Rafale décolle depuis l’aéroport de Bordeaux Mérignac (Gironde), à destination de l’Inde, le 27 juillet.

« Rapide, agile, polyvalent et très meurtrier. » C’est par cette sémantique guerrière que Jawed Ashraf, qui vient de prendre ses fonctions de nouvel ambassadeur d’Inde en France, a salué le Rafale, dont cinq exemplaires ont décollé dans la matinée du lundi 27 juillet depuis l’aéroport de Bordeaux Mérignac, à destination de l’Inde. Sortis ces derniers mois des chaînes de Dassault Aviation, les appareils en question sont les premiers des 36 commandés à la France par l’Indian Air Force en septembre 2016 pour 590 milliards de roupies (8 milliards d’euros au taux de change de l’époque).

Les clés du premier d’entre eux avaient été remises au ministre indien de la défense, Rajnath Singh, en octobre 2019, et depuis, il a fallu former en France pilotes et mécaniciens indiens à l’utilisation extrêmement pointue de ces avions truffés d’électronique. Les livraisons auraient dû démarrer au compte-gouttes à partir du mois d’avril mais l’épidémie de Covid-19 et le confinement respectif des deux pays ont entraîné un report du calendrier initial.

Accélérer la cadence

Entre-temps, un conflit frontalier a éclaté dans l’Himalaya entre la Chine et l’Inde. L’armée indienne accuse l’Armée populaire de libération d’avoir empiété son territoire au mois d’avril et, après deux affrontements au corps-à-corps entre les soldats des deux puissances nucléaires d’Asie, l’un le 6 mai, l’autre le 15 juin, elle a demandé à Dassault Aviation d’accélérer la cadence de livraison de ses Rafale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Combats à mains nues, chutes, noyades : comment l’Inde et la Chine se sont affrontées dans l’Himalaya, à 4 200 mètres d’altitude

Les cinq exemplaires en route vers le sous-continent, certains biplaces, d’autres monoplaces, doivent parcourir environ 7 000 kilomètres. Une distance qui a nécessité, durant sa première moitié, plusieurs avitaillements en vol avec le soutien de l’armée de l’air française, jusqu’à l’escale sur la base aérienne Al Dhafra d’Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, où les cinq avions ont atterri en fin de journée, lundi. L’opération de convoyage prendra fin avec la seconde partie du voyage mercredi 29 juillet, jusqu’à l’Etat indien de l’Haryana, sur la base d’Ambala, proche de Chandigarh.

« 86 % des équipements actuels de l’armée indienne » proviennent de Russie

A terme, 18 Rafale y seront postés sous le nom de Golden Arrows (« flèches d’or »), en référence à l’escadron mythique de Mig-21 qui s’illustra en 1999 durant la guerre éclair de Kargil contre le Pakistan, au Cachemire. Les 18 autres seront, quant à eux, basés à Hasimara, tout près du Bhoutan. L’armée de l’air indienne a d’ores et déjà pris possession des cinq prochains Rafale, à Mérignac, et l’ensemble de la commande passée auprès de Dassault Aviation devrait avoir été livré d’ici à la fin de l’année 2021, au lieu du printemps 2022 prévu initialement.

Il vous reste 45.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page