Auto-Moto

Essai Nouvelle Toyota Yaris Hybride (2020) : quatrième vague


Au sein de l’Hexagone, elle est comme un poisson dans l’eau. Produite à Valenciennes depuis 2001, la Yaris est actuellement la voiture étrangère la plus vendue en France. Un état de fait remarquable en sachant que sa carrière touche à sa fin, plaçant de grandes attentes sur sa remplaçante. Alors pour continuer à surfer sur la bonne vague, Toyota a décidé de faire preuve d’audace en revoyant sa citadine de fond en comble. Plate-forme, gabarit, design, système hybride, sécurité embarquée, les nouveautés ne manquent pas sur ce quatrième opus. Selon les vœux du grand patron Akio Toyoda, le design de la marque japonaise ne doit plus être source d’ennui. Ça tombe bien, la nouvelle plate-forme GA-B confère davantage de liberté aux designers. A regarder cette Yaris, on constate qu’elle a indéniablement musclé son jeu en étant plus large (+5 cm) et moins haute (-4 cm) que sa devancière. Pour autant, elle conserve une meilleure compacité que la concurrence avec une longueur contenue à 3,94 m, ce qui ne l’empêche pas de revendiquer un empattement en hausse de 5 cm. Dès lors, le siège conducteur a été reculé et abaissé dans le but d’optimiser la position de conduite et le centre de gravité du même coup.

D’une génération à l’autre, le changement non-visible le plus notable concerne évidemment les différents éléments du système hybride. Côté thermique, exit le 4-cylindres, il s’agit désormais d’un 3-cylindres de 92 chevaux. La précédente batterie nickel-métal a aussi été mise de côté, au profit d’une batterie lithium-ion de meilleure capacité et plus compacte, logée sous le siège passager. Elle est rechargée par l’un des deux moteurs/générateurs, l’autre se chargeant d’entrainer les roues avant. Au total, la puissance combinée atteint 116 ch. Sur les premiers hectomètres, cette Yaris fait preuve d’une étonnante douceur dans son comportement. L’insonorisation a été améliorée au même titre que la filtration des irrégularités de la route. Pour autant, l’amortissement reste typé ferme au passage des nids de poule, mais sans que cela ne nuise trop au confort. L’abaissement du centre de gravité (-1,2 cm) et un châssis à la rigidité accrue (+37%) participent à la diminution des vibrations. Finalement, le paramètre qui semble inachevé est le bruit du moteur thermique. Même si l’accélération est opérée avec parcimonie, sa sonorité est encore trop présente à l’oreille, ce qui tranche avec le relatif silence en mode zéro-émission.

A partir de 20 950 euros

La position de conduite est plus naturelle qu’auparavant, le siège conducteur ayant été reculé et abaissé, ce qui a aussi un effet positif sur l’optimisation du centre de gravité. A ce titre, la Yaris gagne en polyvalence dans sa faculté à générer un agrément consistant à hautes vitesses. En zone urbaine, elle capitalise sur sa compacité pour se faufiler partout, en sachant que sa capacité de braquage a été nettement améliorée. Au fil de notre roulage, on remarque également le pas en avant effectué sur la boite CVT. Régulièrement pointée du doigt pour son manque de linéarité, elle apparaît ici consistante et progressive. Sa bonne gestion électronique va de pair avec cette batterie de puissance supérieure, le voltage grimpant de 144 à 177,6 V, mais aussi d’une densité énergétique plus important lui permettant d’être plus légère de 12 kg. Relativement douce dans son fonctionnement, cette Yaris répond également aux attentes en matière de sobriété. En phase avec la valeur théorique, notre consommation réelle après une centaine de kilomètres s’établit à 4,2 litres.

Sur notre finition haute de lancement, l’affichage tête haute en couleur 10 pouces est digne du segment supérieur. Il apporte une réelle plus-value, au même titre que le régulateur de vitesse adaptatif combiné à la fonction de lecture des panneaux de signalisation, symbole des évolutions en matière de sécurité embarquée. Par ailleurs, la nouvelle Yaris est la première Toyota à s’équiper d’airbags centraux, une proposition unique dans la catégorie, ainsi que de la fonctionnalité de détection de circulation aux intersections. A défaut d’être nombreux, les espaces de rangement, ont le mérite d’être judicieusement placés, à portée de main, notamment sous l’écran tactile et dans son prolongement pour le passager avant. Plus basse que le modèle qu’elle remplace, cette Yaris n’est pas destinée aux grands individus à l’arrière. L’espace global est juste correct pour un gabarit moyen, tandis que le volume de coffre est stable à 286 litres. La dotation de notre version d’essai, baptisée Première, comprend notamment les jantes alliage 17 pouces, le système audio JBL à 8 haut-parleurs, le chargeur à induction et le toit panoramique. L’intérieur sombre manque quelque peu de pétillant, mais une sellerie claire est prévue pour la version Iconic. L’arrivée de la citadine japonaise en concessions est prévue pour le début du mois de septembre. Bien que moins puissante qu’une Renault Clio hybride de 140 ch, elle est aussi plus abordable avec un tarif d’accès fixé à 20 950 euros. Selon les projections réalisées par Toyota, cette version hybride devrait atteindre 80% du mix de ce quatrième opus.

Essai Nouvelle Toyota Yaris Hybride (2020) : notre avis

Hormis un moteur thermique encore trop sonore, cette version hybride est aboutie. Polyvalente et très sobre, la nouvelle Yaris se montre aussi agréable à mener.

On aime :

  • Consommation réelle
  • Boite CVT améliorée
  • Equipements de sécurité

On aime moins :

  • Bruit moteur thermique
  • Espace limité à l’arrière

Essai Nouvelle Toyota Yaris Hybride (2020) : la gamme et les prix

ACHETER

  • Toyota Yaris 1.5 Hybride Dynamic Force 116 ch Première
  • Version essayée : 25 450 €
  • A partir de 20 950 €
  • Conso moyenne constructeur/durant l’essai (l/100 km) : 4,3 / 4,2
  • CO2 (g/km) / malus : 97 / 0 €
  • Puissance fiscale (CV) : 5
  • Pays de fabrication : France
  • Gamme proposée : Essence en 70 ch et 120 ch, de NC € à NC €, Hybride en 116 ch, de 20 950 € à 25 450 €

Essai Nouvelle Toyota Yaris Hybride (2020) : fiche technique

CONDUIRE

  • Moteur : avant, transversal, 3-cylindres en ligne essence, 12 soupapes, 1 490 cm3, + moteurs-générateurs synchrones à aimants permanents avec batterie lithium-ion
  • Transmission : traction, variation continue à gestion électronique
  • Puissance (ch à tr/min) : 92 à 5500
  • Couple (Nm) : 120 à 3600-4800
  • Puissance combinée (ch) : 116 à 5500
  • Poids (kg) : 1090
  • Long.xlarg.xhaut. (m) : 3,94 x 1,75 x 1,47
  • Empattement (m) : 2,56
  • Réservoir (l) : 42
  • Vitesse maxi (km/h) : 180
  • 0 à 100 km/h (s) : 10,2
  • Pneus de série AV-AR : 205/45 R 17
  • Pneus de l’essai : Bridgestone

VIVRE

  • Largeur coudes AV/AR (cm) : 139/136
  • Espace jambes AR (cm) : 66
  • Coffre à 5/à 2 (l) : 286/947

OPTIONS CONSEILLEES

  • Navigation : 700 €
  • Crochet d’attelage : 750 €

PRINCIPALES CONCURRENTES

  • Renault Clio E-Tech, 140 ch, à partir de 22 600 €
  • Honda Jazz 1.5 i-MMD, 109 ch, à partir de 21 990 €

Nos actus Toyota Yaris :

Essai Nouvelle Toyota Yaris hybride : premier avis au volant – VIDEO

En 2020, faut-il encore acheter une Toyota Yaris ?

Nouvelle Toyota Yaris Hybride 2020 : infos et prix – VIDEO


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page