Economie

les écologistes s’inquiètent de l’absence de moratoire

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, et Bérangère Abba, secrétaire d’Etat à la biodiversité, à l’Elysée, le 27 juillet.

La ministre de la transition écologique réussira-t-elle à limiter l’expansion des entrepôts d’e-commerce ? A l’issue du conseil de défense écologique, lundi 27 juillet, Barbara Pompili a confirmé le moratoire sur la construction de nouvelles zones commerciales en périphérie des villes soutenu par Emmanuel Macron, mais elle n’a pas annoncé de gel temporaire des autorisations pour les entrepôts de vente en ligne comme ceux d’Amazon.

Ce sujet, a expliqué la ministre, sera examiné par une mission parlementaire chargée de « passer en revue l’ensemble des dispositifs notamment fiscaux qui encouragent l’étalement urbain ». Mais d’ici la fin de ce travail de « quelques mois », Mme Pompili n’a pas évoqué, comme l’espéraient certaines associations, de suspension.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Amazon : Pompili avance ses pions pour un moratoire sur les entrepôts d’e-commerce

Les partisans d’un moratoire sur les entrepôts d’e-commerce ont immédiatement réagi pour maintenir la pression sur la ministre qui, lorsqu’elle était députée, s’était déclarée favorable à cette mesure.

« Le conseil de défense valide le moratoire sur les zones commerciales mais n’acte rien concernant les entrepôts d’e-commerce : une décision incohérente alors que les entrepôts artificialisent autant de terres que les zones commerciales et que le commerce physique traverse une crise sans précédent, ont dénoncé Les Amis de la Terre dans un communiqué. Il semblerait que les tenants de la ligne du laisser-faire, pour préserver l’attractivité de la France et surtout ne pas envenimer les relations avec les Etats-Unis et la Chine, soient en train de l’emporter au gouvernement. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Du Gard à Paris, l’expansion d’Amazon suscite des résistances

« Demi-mesure »

Le député de La République en marche dissident Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot, a déploré que le moratoire sur les zones commerciales « n’intègre pas l’interdiction des nouveaux entrepôts Amazon », dénonçant une « demi-mesure ».

Que se passera-t-il le temps de la mission ? Une forme de suspension des projets d’entrepôts d’e-commerce est-elle prévue ? « Tout n’est pas encore tranché sur cette question », répond-on au cabinet de Mme Pompili. A Matignon, on précise « qu’il y aura un travail de concertation avec les porteurs de projet pour réduire l’impact sur l’artificialisation des sols ». Mais « pas de blocage stricto sensu ». Et pas de mesure proche d’un moratoire.

Au cabinet de Jean Castex, on souligne toutefois que les projets pourront être réévalués, en lien avec le ministère de l’écologie et les préfets. Et on ne voit pas de « contradiction » avec la position de Mme Pompili. Dans un entretien paru dans Le Monde lundi, elle a déclaré ne pas concevoir que pendant la mission de concertation « la France continue à se couvrir d’entrepôts logistiques, personne ne le comprendrait ».

Lire l’entretien avec Barbara Pompili : « C’est le bon moment pour gagner la bataille écologique »

La volonté du gouvernement devrait être testée rapidement. Selon Les Amis de la Terre, les projets d’entrepôts d’Amazon à Belfort et à Ensisheim (Haut-Rhin) pourraient être soumis à autorisation « dans les prochaines semaines ».


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page