People

Véronique Sanson : Ce grand frère qu’elle n’a jamais pu connaître


On s’est longtemps inquiété pour la voix de Véronique Sanson, elle qui a été victime d’un cancer de la gorge. Mais c’est reparti comme en quarante ! La chanteuse promet un nouvel album pour l’année 2021 et participe, en attendant, à celui de Grand Corps Malade. Ils avaient déjà collaboré en 2015 sur Face B, voilà que les deux talents unissent leurs cordes vocales sur Une soeur, une ode musicale consacrée à Delphine… mais aussi un peu à Violaine, l’aînée de la chanteuse. “Vio“, c’est un peu son âme soeur. Elle gère sa carrière – elle est sa manageuse ! – et avait crée avec elle, en 1967, le groupe Les Roche Martin.

La famille, c’est primordial pour Véronique Sanson. Elle garde des souvenirs très fort de cette enfance, passée auprès de ses parents, Colette et René. Il y a en revanche un membre du clan qu’elle n’a hélas jamais pu rencontrer puisqu’il est mort avant sa naissance : un grand frère, le premier enfant de la tribu. “A la Libération, ma mère, rescapée des camps, avait eu un garçon, explique-t-elle au Journal du dimanche le 19 juillet 2020. Comme elle était très faible, il est mort peu de temps après sa naissance. Puis Violaine est née.

Véronique Sanson, une éducation “masculine”

Véronique Sanson a été élevée comme un garçon. Son père, qui en rêvait, a fait avec les moyens du bords. Il appelait la chanteuse de 71 ansLe dernier des Mohicans” et jouait au football avec elle. “Avec la puberté, il s’est rendu compte que j’étais une fille“, se souvient-elle. Quant à Colette, avocate au barreau de Paris, elle en garde un souvenir plutôt pédagogique. “Ma mère était une encyclopédie, elle lisait tout le temps, note l’artiste. Evidemment, quand elle me faisait faire mes devoirs, je n’écoutais rien, en la fixant avec ma moue boudeuse, et elle me disait : ‘Arrête de te regarder dans mes lunettes !’ Je n’étais pas une mauvaise élève mais j’étais très dissipée. Je voulais tout le temps faire rire mes camarades.” Côté rigolade, elle est peut-être passée à côté de quelque chose. Mais en attendant, Véronique Sanson offre du rêve dès qu’elle foule la moindre planche, auprès de son mythique piano…

L’intégralité de l’interview croisée de Véronique Sanson avec Grand Corps Malade est à retrouver en intégralité dans le numéro du 19 juillet 2020 du Journal du dimanche.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page