Economie

Impôts, chauffage, entretien… bien évaluer les dépenses liées à une résidence secondaire

La France compte plus de 3 millions de résidences secondaires et si leurs propriétaires sont heureux d’y passer leur temps libre, beaucoup réalisent que ce plaisir a aussi un coût. Si vous souhaitez investir dans une maison de campagne, mieux vaut donc vous assurer, en amont, que les dépenses liées à son fonctionnement ne sont pas trop lourdes. La plupart des professionnels s’accordent sur de larges moyennes : les frais d’entretien annuels d’une maison secondaire oscillent autour de 1 % de sa valeur, ils grimpent à 2 % lorsqu’elle est exposée aux vents marins ou aux chutes de neige, et atteignent de 2 % à 4 % si elle est dotée d’une piscine et d’un grand terrain avec des plantations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le nouvel engouement pour les résidences secondaires

Le budget de fonctionnement d’un tel bien intègre une série de coûts fixes et des frais variables. Parmi les premiers, les impôts. En tant que propriétaire occupant, vous devez assumer à la fois la taxe foncière et celle d’habitation. « L’exonération de taxe d’habitation ne concerne que les résidences principales, cet impôt est toujours dû pour les autres biens immobiliers », précise Christophe Chaillet, directeur de l’ingénierie patrimoniale chez HSBC France. Selon la région, la taille de la maison et vos revenus, ce poste peut représenter de quelques centaines à quelques milliers d’euros chaque année.

A cela s’ajoute une série d’abonnements, environ 50 euros par mois pour être raccordé à l’eau courante, l’électricité, le téléphone fixe ou Internet. De plus, il faut régler chaque année une assurance multirisque habitation. Elle est obligatoire et son montant est variable selon la région où vous habitez. Pour une couverture de base, il faut compter autour de 150 euros par an en rase campagne, et plutôt 250 euros par an pour une maison située dans une zone davantage prisée ou près d’une grande ville. « Ces tarifs grimpent d’au moins 10 % s’il faut en plus assurer un garage et si la propriété compte une piscine », précise Julien Fillaud, directeur de Comparadise, groupe de comparateurs d’assurance et crédit.

Isoler pour ne pas brûler ses économies

Attention, si la maison contient des meubles rares ou des objets précieux, la couverture vol et cambriolage des contrats de base est souvent très faible, exclut les dépendances et oblige à disposer d’éléments de sécurité importants (serrure performante, porte blindée, barreaux aux fenêtres du rez-de-chaussée…). Dernière ligne sur l’addition : si la maison est isolée, il sera sans doute nécessaire d’y laisser un véhicule supplémentaire. Il faut donc ajouter son prix d’achat et son assurance annuelle.

Il vous reste 47.97% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page