People

Ibrahim Maalouf relaxé pour agression sexuelle sur mineure: “J’ai vécu un enfer”


L’histoire est derrière lui, mais elle ne cessera de le hanter. En 2017, Ibrahim Maalouf a fait face à de très sérieuses accusations d’agressions sexuelles. Selon les informations du journal Le Parisien, qui le prenait pour cible à l’époque, le musicien aurait abusé d’une collégienne mineure de 14 ans lors d’un stage dans son studio d’enregistrement, situé à Ivry-sur-Seine ( Val-de-Marne). Relaxé le 8 juillet 2020, le trompettiste de 39 ans peut désormais en parler avec une plus grande sérénité, lui qui clamait dès le début son innocence.

Je suis soulagé, j’ai l’impression de revivre, a expliqué le musicien à Nice-Matin le 18 juillet, alors qu’il était en concert très privé à l’Opéra Garnier, pour des clients sélects de la Société des Bains de Mer. “J’ai vécu un enfer pendant trois ans et demi. Ce fut terrible pour mon entourage. Il y a, malgré tout, une justice. En appel, les juges ont ouvert le dossier, contrairement au procès en première instance. La justice est faite par les hommes, il n’y a pas de science infuse. S’ils ne regardent pas le dossier, ils ne peuvent pas deviner. J’ai été agacé ces derniers jours de lire dans la presse que j’avais été relaxé, faute de preuves. C’est malhonnête et faux. J’ai été relaxé parce qu’il y avait des preuves”, a-t-il ajouté.

A l’origine, Ibrahim Maalouf avait été placé en garde à vue puis condamné en première instance à 4 mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende. La jeune fille avait expliqué que le trompettiste avait abusé d’elle à deux reprises, l’embrassant de force en 2013 à la sortie d’un cinéma, puis une seconde fois dans son studio d’enregistrement, dans lequel il l’aurait “attrapée par le bassin” pour mimer l’acte sexuel. De son côté, l’accusé soutenait que la collégienne avait bien tenté de l’embrasser au cinéma, que la deuxième scène décrite n’avait jamais existé et qu’il aurait effectivement dû “mettre des limites” avec elle.

Ses plans de carrière ont été bouleversés. Avant de se retrouver au coeur de l’enquête du parquet de Créteil, Ibrahim Maalouf avait précisé qu’il se donnait encore quatre ans avant d’arrêter la trompette. Changement de plan : les 18 et 19 juillet 2020, il a présenté son prochain album, 40 mélodies, en avant-première à des clients de la SBM à l’opéra Garnier de Paris. “En 2017, j’ai eu cette affaire qui m’a freiné en plein vol pendant trois années, a-t-il conclu. C’était triste. J’ai dû mettre sur pause alors que j’avais plein de projets, plein d’envies…


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page