Sports

Vague de Covid au Losc !

Renato Sanches, Jonathan Ikoné et Jonathan Bamba ont été testés positifs au coronavirus.

La victoire face à Mouscron est passée au second plan (1-2). Si le Losc était privé de nombreux cadres (Maignan, Yazici…), la raison, pour certains, est sanitaire. Christophe Galtier a en effet révélé en conférence de presse que trois joueurs majeurs du club nordiste, Renato Sanches, Jonathan Ikoné et Jonathan Bamba, avaient été testés positif au Covid-19.

« Ils ont été rattrapés par la patrouille, c’est à dire par le Covid-19, a expliqué le technicien en conférence de presse, relaye RMC. Ils sont chez eux, isolés. On espère qu’ils vont revenir rapidement. Ils sont suivis tous les jours. Derrière la première phase de travail, il y a eu huit jours de repos, et pendant ces huit jours, les joueurs ont contracté le virus. Les joueurs vont bien mais on attend de voir les prochains tests. » C’est Renato Sanches le premier à avoir ressenti des symptomes. « Il est au Portugal. Il doit subir deux tests négatifs pour avoir l’autorisation de voyager », a expliqué le coach des Dogues, rapporte L’Equipe.

Galtier craint « une deuxième vague » et un nouveau confinement

Puisqu’il était lancé sur le sujet, Galtier a poussé un gros coup de gueule sur la situation sanitaire en France. « Continuons à nous comporter comme nous le faisons et nous allons confiner à nouveau et ce sera le grand bordel, a-t-il pesté. C’est à l’État de prendre des mesures. J’ai passé huit jours dans le sud et ce que j’ai vu… Chez nous, il ne faut pas inciter mais interdire. Sinon, on ne pourra pas éviter une deuxième vague. »

« Si une deuxième vague arrive, ça va être compliqué pour tout le monde, prévient Galtier. J’aimerais que chacun soit responsable pour, non pas que l’on puisse reprendre une vie normale, mais au moins une activité professionnelle. » 

Lire aussi:
Les ultras du PSG agacent le rugby français
PSG : Pas d’ultras pour les finales de Coupe
PSG : Les supporters sous le feu des critiques

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/12

    Santiago Canizares

    Comptant parmi les gardiens espagnols les plus en vue de sa génération, Santiago Canizares a manqué son heure de gloire à l’échelle internationale. Alors qu’il est pressenti pour garder la cage de la Roja lors de la Coupe du monde 2002, le Valencian se blesse bêtement juste avant la compétition, touché à un tendon en essayant d’amortir la chute d’une bouteille de parfum chez lui… A la suite de cet incident, Iker Casillas le remplacera avantageusement et lui chipera à jamais sa place de titulaire.

  • 2/12

    Jonathan Woodgate

    Coté à 20 millions d’euros en 2004 quand le Real Madrid le débauche à Newcastle (une sacrée somme pour un arrière à l’époque), Jonathan Woodgate est alors considéré comme l’un des meilleurs défenseurs du moment, à l’instar des Fabio Cannavaro ou Ricardo Carvalho. Réputé fragile physiquement néanmoins, l’international anglais ne fera hélas que confirmer la tendance à la Maison blanche. En deux saisons parmi les Merengues, il n’a guère joué que 14 matches toutes compétitions confondues, trop souvent cantonné à l’infirmerie.

  • 3/12

    Richard Dunne

    Richard Dunne, c’est un vieux briscard de la Premier League, un international irlandais fraîchement retraité qui a marqué l’histoire de l’élite britannique à sa manière. Passé par Everton, Manchester City, Aston Villa et QPR, le Dublinois peut s’enorgueillir (ou pas) d’être à la tête d’un sacré record : celui des buts contre son camp en première division anglaise. Pas moins de dix fois en effet, l’intéressé a fait trembler ses propres filets. Vous avez dit maladroit ?

  • 4/12

    Lassana Diarra

    Lassana Diarra, c’est d’abord une carrière qui interpelle. Passé d’Arsenal à Portsmouth, du Real à l’Anzhi Makhachkala ou de l’OM à Al-Jazira, ce joueur capable d’évoluer n’importe où sur le terrain a toujours su rebondir néanmoins, jusqu’à finir sa carrière au PSG. “Lass” en revanche est passé à côté de sa carrière internationale. Certes retenu pour l’Euro 2008, il n’y a pas joué puis a manqué le train du Mondial 2010, du Mondial 2014 et de l’Euro 2016 sur blessures. La poisse.

  • 5/12

    Abou Diaby

    Abou Diaby, c’est l’histoire d’un grand gâchis. Une mauvaise blessure jamais véritablement consolidée et un enchaînement malheureux qui n’a eu de cesse de l’empoisonner. En tout et pour tout, le Gunner formé à Clairefontaine et à l’AJA a subi 43 arrêts forcés. Une véritable poisse qui a eu raison de sa carrière. Entre 2011, alors qu’il était âgé de 25 ans à peine, et 2017, l’intéressé n’a guère joué qu’une trentaine de matches.

  • 6/12

    Michael Ballack

    Il a joué au Bayern, à Chelsea et en sélection allemande, et pourtant Michael Ballack n’a jamais remporté de trophée majeur dans sa carrière – comprenez un titre européen ou mondial. Des finales, l’intéressé en a jouées plus d’une : celle de la Coupe du monde 2002 ou celle de l’Euro 2008 avec la Mannschaft. Deux années où il perdit également en finale de la Ligue des champions. Avec le Bayer Leverkusen d’abord, puis avec Chelsea.

  • 7/12

    Benjamin Nivet

    D’une longévité sportive exceptionnelle, Benjamin Nivet a raccroché les crampons la saison passée à 42 ans bien tassés. Joueur emblématique des équipes de Caen et de Troyes, l’infatigable meneur a certes connu de beaux succès et des promotions, mais il a surtout établi un record en matière de relégations. Avec le Stade Malherbe et l’Estac, l’intéressé a connu pas moins de sept rechutes en L2 (2003, 2007, 2009, 2012, 2013, 2016 et 2018).

  • 8/12

    Marco Reus

    C’est l’histoire d’un prodige du football allemand qui a toujours participé activement aux qualifications internationales de la Mannschaft sans pour autant jouer les phases finales. Sur blessure, Marco Reus a vu ainsi le Mondial 2014 et l’Euro 2016 lui passer sous le nez. Et quand il a pu enfin prendre part à une Coupe du monde, en 2018, l’Allemagne y a subi une défaillance historique. Jamais en effet la sélection germanique n’avait calé lors du premier tour d’un Mondial.

  • 9/12

    Martin Palermo

    Figure offensive de l’Albiceleste, Martin Palermo n’en demeure pas moins crédité d’une triste performance. Lors de la Copa America 1999, le buteur de Boca Juniors s’est permis de louper trois penaltys face au Pérou. Un exploit inédit ! A noter également cette blessure pas banale : une fracture tibia-péroné subie sous la chute d’un panneau publicitaire tandis qu’il célébrait un but avec Villarreal.

  • 10/12

    Ronaldo

    Il est considéré comme l’un des plus grands attaquants de l’histoire, et pourtant ses genoux, fragiles, ne l’ont jamais laissé en paix. Lors de la saison 1999-2000, deux blessures au tendon rotulien du genou droit essuyées à cinq mois d’intervalle ont failli l’envoyer à la retraite à 24 ans seulement. En 1998, le phénomène était passé à côté de sa finale de Coupe du monde contre la France, victime quelques heures plus tôt d’un malaise. On peut se demander ce qu’aurait été sa carrière sans toute cette poisse.

  • 11/12

    Neymar

    La malédiction le concernant a frappé en quart de finale du Mondial 2014. Victime d’une fracture d’une vertèbre lombaire contre la Colombie, sa compétition s’arrêtera net. Depuis, avec le PSG, Neymar a joué de malchance, systématiquement blessé pour les grandes échéances européennes hivernales. On croise les doigts pour la fin de la C1 cet été !

  • 12/12

    Antoine Kombouaré

    Antoine Kombouaré coach, c’est avant tout un destin contrarié au PSG – un limogeage à la trêve alors que son équipe est en tête du championnat. Cela au profit d’un Carlo Ancelotti qui finalement ne remportera pas le titre en 2012. Exceptée cette parenthèse au plus haut niveau, marquée par une Coupe de France soulevée en 2010, le technicien kanak n’a pas été en veine jusqu’alors sur les bancs de L1. Sur les 412 matches qu’il a dirigés dans l’élite aux commandes de Strasbourg, de Valenciennes, de Paris, de Lens, de Guingamp, de Dijon et de Toulouse, l’ancien défenseur n’en a gagnés que 122. Soit un ratio de 29,6% de victoires. Le plus faible pourcentage parmi les entraîneurs affichant plus de 400 rencontres au compteur en première division.



Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page