Sports

Monaco l’instable vire Moreno

Robert Moreno n’est plus l’entraîneur de l’AS Monaco. Le quotidien L’Equipe affirme que le technicien espagnol a été écarté ce samedi, moins de sept mois après son arrivée. Niko Kovac aurait accepté de le remplacer sur le banc du club de la Principauté. L’ASM continue de piquer sa crise.

Vous parlez de sérénité ! L’Association Sportive de Monaco n’en finit plus de piquer sa crise. Moins de sept mois après son arrivée, Robert Moreno dit déjà adieu au banc du club de la Principauté, révèle L’Equipe ce samedi à la mi-journée. L’entraîneur espagnol, 42 ans, a été prévenu aujourd’hui par ses dirigeants, au lendemain de la victoire de sa désormais ex-équipe face au Cercle de Bruges (2-0).

Robert Kovak, 48 ans, aurait accepté de prendre la succession de Moreno, apprend-on encore. Le Croate avait été limogé du Bayern Munich en novembre dernier. Si le quotidien sportif précise que ce départ trottait dans la tête des dirigeants monégasques depuis quelques semaines, on ne peut que constater la vie très agitée que mène le club de Ligue 1 présidée par Dmitry Rybolovlev.

Robert Moreno avait succédé à Leonardo Jardim revenu sur le banc monégasque après l’épisode Thierry Henry (octobre 2018-janvier 2019), le champion du monde français 1998 ne faisant finalement que passer, plombé par des résultats médiocres. Le Portugais avait effectué son comeback, un peu plus de trois mois donc après avoir été remercié avec des indemnités de licenciement plutôt conséquentes.

Lire aussi:
Ben Yedder est déjà chaud
L’actualité de la Ligue 1
Le calendrier de l’AS Monaco

Trulli

Précédent
Suivant

  • 1/10

    5 – Ronaldo (Brésil)

    Le seul “pur” avant-centre de notre Top 5. Probablement, l’attaquant le plus fort de tous les temps à son meilleur niveau. Un cocktail extraordinaire de vitesse, de puissance, et d’adresse devant le but. Seuls les blessures au genou ont réussi à le freiner. Vainqueur sans jouer de la Coupe du monde 1994, puis finaliste en 1998, il a atteint la consécration en 2002 avec la Seleçao.

  • 2/10

    5 – Ronaldo (Brésil)

    Vainqueur sans jouer de la Coupe du monde 1994, puis finaliste en 1998, il a atteint la consécration en 2002 avec la Seleçao. Il aura longtemps été le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du monde.

  • 3/10

    4 – Johan Cruyff (Pays-Bas)

    Peut-être le plus “beau” joueur de l’histoire du football. Un artiste, au talent pur, et à la science du jeu sans égal. Visionnaire, avant-gardiste, il incarne à merveille cette équipe des Pays-Bas qui a révolutionné son sport avec son “football total” dans les années 1970. Le mythique n°14 est indissociable de deux clubs, l’Ajax et le FC Barcelone. Il aura emmené les principes de jeu néerlandais en Catalogne: le fameux ADN du Barça, c’est celui de Cruyff

  • 4/10

    4 – Johan Cruyff (Pays-Bas)

    Le mythique n°14 est indissociable de deux clubs, l’Ajax et le FC Barcelone. Il aura emmené les principes de jeu néerlandais en Catalogne: le fameux ADN du Barça, c’est celui de Cruyff, qui aura été ensuite un entraîneur à succès des Blaugranas.

  • 5/10

    3 – Lionel Messi

    Les romantiques du football auraient aimé voir Cruyff sur le podium, mais comment occulter ce que réalise Messi au FC Barcelone depuis 15 ans ? Dans plusieurs décennies, les jeunes fans de football qui se pencheront sur ses statistiques verront une anomalie, un joueur capable de marque chaque saison entre 30 et 50 buts, ou presque. S’il a tout gagné avec le grand Barça, il y a quelque chose qui sépare clairement Messi des deux premiers du classement: son palmarès vierge en sélection nationale.

  • 6/10

    3 – Lionel Messi

    S’il a tout gagné avec le grand Barça, il y a quelque chose qui sépare clairement Messi des deux premiers du classement: son palmarès vierge en sélection nationale, où il aura connu des échecs douloureux. C’est la seule ombre au parcours d’un joueur incroyablement doué, autant passeur que buteur.

  • 7/10

    2 – Diego Maradona

    “El Pibe de Oro”, le gamin en or, est un génie absolu, un joueur pétri de talent, qui pouvait tout faire avec un ballon. Maradona est un dieu vivant en Argentine. Un mythe à plusieurs facettes, à l’image de ce match unique, au Mondial 86, où il aura marqué l’un des buts les plus controversés de l’histoire (“la main de dieu”) et l’un des plus beaux, avec un slalom fabuleux dans la défense anglaise.
    Il aura marqué Boca Juniors, le FC Barcelone et surtout le Napoli de son empreinte. Mais à une époque où le football de sélections était roi, c’est avec l’Argentine que Maradona a écrit sa légende. Notamment en emmenant à lui tout seul l’Albiceleste sur le toit du monde en 1986.

  • 8/10

    2 – Diego Maradona

    Il aura marqué Boca Juniors, le FC Barcelone et surtout le Napoli de son empreinte. Mais à une époque où le football de sélections était roi, c’est avec l’Argentine que Maradona a écrit sa légende. Notamment en emmenant à lui tout seul l’Albiceleste sur le toit du monde en 1986.

  • 9/10

    1 – Pelé

    Il est à nos yeux le plus grand de tous les temps, le “Roi” du football. Un surdoué qui a éclaté aux yeux du monde entier lors du Mondial 1958, qu’il remportera à seulement 18 ans, en marquant six buts, dont un triplé en demi-finale et un doublé en finale. Le premier de ses trois sacres mondiaux.
    Parce qu’il aura fait l’essentiel de sa carrière au Brésil, avec son club de Santos, avant de tenter l’aventure américaine (NY Cosmos), Pelé est surtout connu pour ses triomphes avec le Seleçao. Avec en point d’orgue, ce chef d’oeuvre, le Mondial 1970 au Mexique, le plus beau tournoi de tous les temps selon certains, illuminé par le Brésil dont Pelé était le leader incontesté. Iconique. Légendaire.

  • 10/10

    1 – Pelé

    Parce qu’il aura fait l’essentiel de sa carrière au Brésil, avec son club de Santos, avant de tenter l’aventure américaine (NY Cosmos), Pelé est surtout connu pour ses triomphes avec le Seleçao. Avec en point d’orgue, ce chef d’oeuvre, le Mondial 1970 au Mexique, le plus beau tournoi de tous les temps selon certains, illuminé par le Brésil dont Pelé était le leader incontesté. Iconique. Légendaire.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page