Economie

« Pour Baccarat, l’argent chinois ne coule plus à flots »

Au sein de la cristallerie Baccarat (Meurthe-et-Moselle), en mars 2015.

Pertes et profits. Les milliardaires chinois devraient se méfier du charme de la France, de son terroir inimitable et de son luxe vénéneux. En décembre 2013, l’entrepreneur Lam Kok trouve la mort dans un accident d’hélicoptère le jour même où il achète un superbe vignoble bordelais. En juillet 2018, Wang Jian, le patron du conglomérat HNA, tombe accidentellement d’un muret dans le Luberon, laissant un groupe criblé de dettes et dans le collimateur des autorités.

En 2015, l’homme d’affaires Mike Poon disparaît juste après l’acquisition de la moitié de l’aéroport de Toulouse, alors que son nom surgit dans un scandale de corruption en Chine. Il réapparaîtra pour mettre en vente sa participation. Sans parler de Guo Guangchang, le fondateur du groupe Fosun, enlevé par les autorités chinoises quelques mois après son acquisition du Club Med.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Baccarat, ombres et lumières d’une vieille dame

Cette fois, c’est Coco Chu que l’on attend de pied ferme en Meurthe-et-Moselle. Elle, et les investissements qu’elle avait promis. Cette admiratrice de Mme Chanel, de son vrai nom Jiaru Chu, est présidente de la société Fortune Fountain qui a acquis en 2017, par le biais de sa filiale Fortune Legend, la célèbre cristallerie de Baccarat. Sa société se présente comme un fonds de gestion de riches chinois.

Plus de nouvelles de l’investissement promis

En l’occurrence, il s’agit surtout d’une société très familiale, dirigée par Coco Chu et sa mère, Liangping Wang (le père, Gongru Chu, est président). Tout ce petit monde se prétend descendant d’un célèbre calligraphe du IVe siècle, Wang Xizhi. De quoi impressionner les vendeurs du joyau lorrain qui ne date, lui, que de Louis XV. Les vendeurs, eux (le fonds américain Starwood), ont surtout été séduits par le chèque de 164 millions d’euros, une somme jugée généreuse par les observateurs.

Mais depuis un an, plus de nouvelles de l’investissement de 30 millions d’euros promis, et surtout, pas de remboursement de l’emprunt contracté pour l’achat auprès de deux fonds de Hongkong, Tor Investment Management et Sammasan Capital. De plus, le nouveau propriétaire a jugé opportun de se débarrasser de la PDG de Baccarat, Daniela Riccardi, une spécialiste du luxe, pour placer le propre compagnon de Coco Chu, Zhen Sun, pas vraiment un professionnel du domaine. De plus, les syndicats de l’entreprise ont noté que la famille avait déjà prélevé 10 millions d’euros des caisses de l’entreprise pour ses propres besoins. Les créanciers tentent donc de débarquer la famille Chu et ont déjà mis sous tutelle Fortune Legend, en attendant de pouvoir prendre le pouvoir lors de la prochaine assemblée générale de septembre. Que vont-ils faire du cristallier des rois ?

Il vous reste 14.49% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page