Politiques

DIRECT. Après le grand oral de Jean Castex, les présidents des groupes parlementaires s’expriment à la tribune

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #CASTEX

18h29 : Le chef de file des “insoumis” exprime ses doutes sur les marges de manœuvre de Jean Castex face à Emmanuel Macron. “Il n’y a pas une personne en France qui croit que vous déterminerez quoi que ce soit s’agissant de la politique de la nation”, lance-t-il, car “Jupiter s’occupe de tout et même du reste”.

18h29 : “Vous êtes nommé depuis une semaine mais vous avez été aussitôt condamné au pain sec du silence politique. (…) Il fallait vous taire car Jupiter allait parler.”

Jean-Luc Mélenchon a débuté son intervention en ciblant Emmanuel Macron, dont l’interview du 14-Juillet a précédé le discours de politique générale du Premier ministre, nommé depuis près de deux semaines.

18h20 : Les prises de parole dans l’Hémicycle se poursuivent. Les députés du groupe UDI et Indépendants ont annoncé qu’ils s’abstiendraient lors du vote de confiance, car “la confiance ne se décrète pas, elle se gagne”. Le groupe centriste Libertés et Territoires n’est guère plus emballé : “Une partie du groupe ne peut vous accorder sa confiance aujourd’hui, une autre s’abstiendra.”

18h08 : Voici un nouveau point sur l’essentiel de l’actualité à un peu plus de 18 heures :

Peaufinant son image de conciliateur et d’homme des territoires, Jean Castex a prononcé devant les députés son discours de politique générale. Il a notamment érigé la “lutte contre le chômage” en priorité “absolue” de la fin du quinquennat. Voici l’intégralité de sa déclaration.

Parmi les mesures dévoilées par le Premier ministre, il y a la revalorisation “de façon exceptionnelle” de l’allocation de rentrée scolaire en septembre pour soutenir les plus modestes. Un coup de pouce qui s’élèvera à 100 euros, a appris franceinfo auprès de Matignon.

Lors de son interview hier, Emmanuel Macron a affirmé souhaiter que le port du masque devienne obligatoire “dans tous les lieux publics clos”, “par exemple à partir du 1er août”. On vous explique le choix de cette date.

La justice européenne a annulé une décision de la Commission imposant à Apple le remboursement de 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux jugés indus à l’Irlande.

17h41 : “Monsieur le Premier ministre, vous êtes à contre-temps de l’urgence.”

17h40 : A l’Assemblée, après la pause, c’est Patrick Mignola, député de la Savoie et président du groupe MoDem, qui a pris la parole. Valérie Rabault, présidente du groupe socialiste, lui a succédé et s’exprime en ce moment.

17h35 : “C’est un aveu d’échec”, a réagi sur franceinfo le député de Seine-et-Marne Olivier Faure, premier secrétaire du PS, après la déclaration de politique générale du Premier ministre Jean Castex devant les députés. “C’était un discours qui se tenait, qui avait le mérite d’une forme de clarté”, a-t-il néanmoins.

17h09 : “Une France des régions, ce n’est pas une France républicaine”, a réagi de son côté, sur franceinfo, Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, après la déclaration de politique générale du Premier ministre devant les députés. Jean Castex a vanté “la France des territoires” et a indiqué qu’une loi organique allait instituer “un droit à la différenciation” de ces territoires.

17h05 : Petite pause de 15 minutes à l’Assemblée, après le discours du président du groupe LR, qui a fustigé celui du Premier ministre. Ce dernier l’a écouté dans l’hémicycle, assis et masqué.

17h38 : Le masque se porte au-dessus du nez ! On se protège, et on protège les copains 😉

17h39 : Bonjour . Jean Castex a parlé du coronavirus et de la crise sanitaire au début de son discours. Il a simplement dit ceci : “La meilleure façon de nous préparer à une reprise possible de l’épidémie est de renforcer nosactions de prévention. Cela passe nécessairement par le développement du port du masque etune intensification de notre politique de dépistage.

Il s’est exprimé face aux députés, masqués, bien que parfois pas totalement, comme d’autres internautes l’ont repéré dans les commentaires.

17h39 : Bonjour pas d’annonce du Premier ministre sur le port du masque obligatoire ? Merci bonne fin de journée.

16h39 : “Vous êtes un îlot de droite dans un océan de ‘en même temps’. Vous ne conduirez pas une politique de droite car vous n’êtes à la tête d’un gouvernement de droite.

Puis Damien Abad, président du groupe Les Républicains, monte derrière le pupitre. Il qualifie Jean Castex de “chef de majorité hors sol”.

16h31 : Après le Premier ministre, c’est au tour des présidents de groupe de l’Assemblée de s’exprimer. D’abord Gilles Le Gendre, président du groupe La République en marche. Il s’adresse à Jean Castex.

16h29 : La liste est longue… mais on récapitule les principales annonces de Jean Castex :

La lutte contre le chômage et la préservation de l’emploi seront “la priorité absolue du gouvernement pour les 18 prochains mois”.

Dans le cadre du plan de relance, son gouvernement “proposera de mobiliser plus de 20 milliards d’euros” pour l’écologie et 40 milliards d’euros à la reconstruction de l’industrie.

L’Etat investira 6 milliards d’euros supplémentaires dans le système de santé.

Toutes les créations d’emplois de fonctionnaires qui seront autorisées par le projet de budget pour 2021 seront affectées dans les services départementaux de l’Etat et non les administrations centrales.

A la rentrée, des repas dans les restaurants universitaires coûteront un euro pour les étudiants boursiers. A cela s’ajoute une revalorisation de 100 euros “de façon exceptionnelle” de l’allocation de rentrée scolaire.

La création, à partir de 2021, “dans les territoires, des juges de proximité” dont la mission sera de réprimer “les incivilités du quotidien”.

Un projet de loi contre les séparatismes, qui sera présenté en Conseil des ministres à la rentrée.

16h18 : Le discours de politique générale du Premier ministre, récemment entré en fonction, a duré une heure tout pile, comme prévu. Ce discours n’est pas une obligation, mais la plupart des chefs de gouvernement nouvellement nommés y ont recours. Et ils ont parfois plus à y perdre qu’à y gagner. Franceinfo vous propose de revenir sur certains passages de Premier ministre au pupitre de l’Assemblée.

16h11 :

“Dans ces temps troublés, je le dis à la représentation nationale, nous avons une boussole. La République, c’est notre ciment. La République, c’est notre espérance. C’est elle qui doit unir les Français et doit assurer leur protection.”

C’est avec ces mots que le Premier ministre conclut son discours de politique générale. Il est applaudi par de nombreux députés qui se sont levés.

16h19 : Mesdames et messieurs, nous avons 600 jours devant nous. 600 jours pour protéger les Français, leurs emplois et leur pouvoir d’achat face à la crise.

16h04 : Pour réprimer ces “incivilités du quotidien”, Jean Castex veut créer des “juges de proximité”.

16h06 : “Vous avez toutes et tous constaté que la petite délinquance, les petites incivilités, le tag, l’insulte, le petit trafic, les troubles à ce que le code communal appelle la tranquillité publique, se sont développés au point de gâcher la vie quotidienne des gens.”

Face à ce constat, Jean Castex estime que ces troubles “se sont développés”, “faute de réponse judiciaire” et “par manque de reconnaissance et de moyens accordés par l’Etat à l’autorité judiciaire”.

16h05 : “Je souhaite aussi promouvoir la justice dans la vie quotidienne, dans beaucoup de territoires.”

16h05 : Le Premier ministre rend aussi hommage aux militaires, “à leur sens du sacrifice et à leur courage essentiel pour assurer la paix et la sécurité”.

15h59 : La crise du coronavirus nous invite plus que jamais à réformer les retraites”, a déclaré Jean Castex.

16h20 : “À nos policiers et gendarmes, à toutes les forces de sécurité et à tous les acteurs de la prévention, je souhaite ici exprimer, au nom de la nation, mon profond respect et ma gratitude. Ils forment la première ligne de l’ordre républicain.”


16h09 : Jean Castex annonce un projet de loi, à la rentrée, “contre les séparatismes”, pour “éviter que certains groupes ne se referment autour d’appartenances ethniques ou religieuses”

16h03 : “Les guets-apens tendus aux représentants des forces de l’ordre et à nos pompiers dans certains quartiers, les trafics en bas des cages d’escaliers, la banalisation de la délinquance du quotidien sont autant de faits inacceptables qui exaspèrent, à juste titre, les Français. Ils appellent la réponse de l’Etat ferme et sans complaisance.

15h54 :

“Lutter contre l’islamisme radical sous toutes ses formes est et demeure l’une de nos préoccupations majeures.”

15h54 : “La République, c’est la laïcité comme valeur cardinale, comme fer de lance de la cohésion de la société. Mon gouvernement la défendra avec intransigeance.”

Le Premier ministre aborde maintenant un autre aspect de son discours, évoquant la question de la laïcité, puis celle du racisme.

15h52 :

“Il n’est pas envisageable, dans le contexte que nous traversons, de demander aux Français un effort fiscal supplémentaire.”

Jean Castex balaie à nouveau toute augmentation des impôts.

15h50 : Le Premier ministre se prononce en faveur de la disparition à terme des régimes spéciaux, tout en prenant pleinement en considération la situation des bénéficiaires actuels de ces régimes”. Il promet pour cela des concertations avec les partenaires sociaux.

15h47 : Jean Castex annonce six milliards d’euros d’investissement dans le système de santé.

15h45 : L’allocation de rentrée scolaire sera revalorisée, de façon exceptionnelle, dès la rentrée de septembre, annonce le Premier ministre.

15h44 :

“Le gouvernement présentera tous les deux mois un point précis de la mise en oeuvre de ce plan de relance, de ses impacts et de ses résultats”, annonce encore Jean Castex.

15h44 : “Nous devons ensemble assumer cet investissement massif”, prévient-il, en rappelant que ce plan “bénéficie d’un soutien exceptionnel de l’Union européenne, que la France a su négocier”. La part conjoncturelle de la dette liée à cette crise fera l’objet d’un cantonnement”, ajoute-t-il sans donner d’autres précisions sur le financement de ce plan.

15h41 : Après avoir détaillé ce plan de relance de 100 milliards d’euros, Jean Castex reconnaît qu’il “aura aussi un coût pour les finances publiques”. “La réponse ne saurait être l’austérité budgétaire qui ne ferait qu’aggraver les choses, précise-t-il.

15h39 : Le plan de relance portera un “plan vélo très ambitieux”, annonce le Premier ministre.

15h37 : “A nous de concilier transition écologique et pouvoir d’achat.”

15h40 : “Nous souhaitons que tous les territoires, je dis bien tous, soient dotés de contrats de développement écologique, avec des plans d’action concrets, chiffrés, mesurables, du développement des pistes cyclables à la lutte contre l’artificialisation des sols, de l’équipement des toitures photovoltaïques à la promotion du tri sélectif, de la lutte contre les gaspillages, à la promotion des énergies renouvelables, du nettoiement des rivières, aux économies d’eau, d’énergie et d’éclairage public.”

Le Premier ministre continue de dévoiler des mesures en faveur de l’environnement, thématique centrale, donc, de son discours.

15h34 : Jean Castex s’est prononcé en faveur d’une transition écologique, “mais pas pour la décroissance verte”. Voici ce passage de son discours.

15h35 : L’écologie, c’est notre affaire à tous. Elle doit être créatrice de richesse. Je crois en la croissance écologique, pas à la décroissance verte.”

15h33 : L’écologie n’est pas l’apanage d’une génération, d’une classe sociale des quartiers de certaines villes.

15h33 : Le plan de relance proposera de mobiliser plus de 20 milliards d’euros pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire l’émission des transports et de nos industries, pour produire une alimentation plus locale et durable, pour soutenir les technologies de demain comme les batteries, pour mieux recycler et moins gaspiller.”

15h30 : Dans le cadre de ce plan de relance, le chef du gouvernement veut aussi démarrer la rénovation urbaine dans 300 quartiers avant la fin 2021.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page