People

Adrien et Mallory (Top Chef) : Leur friterie de la Guerre des restos est ouverte


L’info vient de sortir du four via Konbini et ça fait envie ! Adrien Cachot, finaliste perdant dans Top Chef 2020 face à David Gallienne et Mallory Gabsi, demi-finaliste de cette même saison, ont décidé d’ouvrir ensemble, quelques jours durant, leur restaurant de la Guerre des restos.

Le 30 avril 2020, les téléspectateurs de M6 avaient découvert que les deux compères avaient joué leur place dans le célèbre concours culinaire sur une idée folle : ouvrir une baraque à frites (alors que quelques semaines plus tôt, Mallory le Belge avait justement raté la cuisson de ses frites, il les avait en effet chauffées à 130 degrés, alors que le minimum pour avoir une belle cuisson est de 140 degrés). Le nom de leur restaurant était justement 140 degrés, friterie moderne. En entrée, on pouvait déguster une anguille laquée au soja, purée de chlorophylle, crème d’échalote au vin blanc, ail noir et pommes soufflées. En plat, une sole cuite au beurre noisette, moules, champignons, sabayon au beurre et frites. Et le dessert était aussi original : tube de pâte filo fourré au crémeux de pomme de terre, vinaigrette de jus d’agrumes et gelée de sweet pomelos. Après avoir gagné l’épreuve, ils s’étaient dit qu’il serait vraiment chouette d’ouvrir, pour de vrai, ce restaurant.

C’est à présent chose faite puisqu’ils inaugurent 140 Street. Du 16 juillet au 1er août, ils proposeront leurs plats qui donnent la patate sur une péniche, à Paris. Le menu a évolué depuis l’émission. Comme le révèlent nos confrères, on pourra y déguster “des frites belges authentiques, des croquettes de crevettes grises revisitées dans un potato bun et des sandwichs, comme le ‘baoguette’ aubergine et anguille fumée au vert, ‘un classique belge twisté aux codes asiatiques’, et la mitraillette pulled pork (porc confit, herbes fraîches, comté, pickles).” On n’est plus seulement sur de la patate, mais sur des classiques belges revisités !

Souhaitons au duo de remporter le même succès que lors de la Guerre des restaurants. François-Régis Gaudry, le critique culinaire, ses amis et les chefs jurés s’étaient tous régalés. C’était un sans-faute… Paul Pairet avait même léché son assiette !


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page